Sud-ouest : Journalistes et FDS mutualisent leurs forces dans la lutte contre le terrorisme

La Direction régionale de la communication du Sud-ouest (DRC/SO), a tenu mardi 31 mai dernier à Gaoua, la première session du cadre de concertation des médias sous le thème « Médias et communication en période de crise ». Une tribune qui a permis aux journalistes et aux forces de défenses et de sécurité, d’échanger sur la mutualisation de leurs forces, dans la lutte contre le terrorisme dans la région du Sud-ouest.

Le cadre de concertation des médias offre un espace de dialogue entre les acteurs du domaine. Mais au-delà, il recherche une synergie d’action et d’harmonisation des interventions avec les autres acteurs de développement de la région.

La présente session a fait une part belle sur la contribution des médias dans la résolution de la crise sécuritaire dans la région du Sud-ouest. Cette problématique a été retenue, selon le directeur régional de la communication du Sud-ouest, Aboubacar Traoré parce que, « Depuis quelques années le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, la région du Sud-ouest était épargnée, mais ne l’est plus depuis un certain temps. Nous voulons interpeller les hommes de médias sur leur contribution au développement, qui est de s’attaquer aux maux qui minent le développement de la région, en collaboration avec les FDS ». Et pour avoir une compréhension commune du problème et dégager des pistes de collaboration franche, les FDS ont animé deux communications sur le thème, « Quelle collaboration entre FDS et journalistes dans la lutte contre le terrorisme au Sud-ouest ».

Le directeur régional de la communication du Sud-ouest, Aboubacar Traoré

La première communication a été livrée par le lieutenant de police Simon Ki, et la seconde par le chef de corps du 22e Régiment d’infanterie commando de Gaoua, Lassané Porgo. Il s’est agi pour eux d’expliquer les notions clé du phénomène terroriste, la création d’une synergie d’action entre FDS et journalistes dans le théâtre de lutte contre le terrorisme.

L’accessibilité de l’information demeure un problème récurrent. Un état de fait reconnu par les FDS qui rassurent les hommes de médias de leur disponibilité à communiquer sur des aspects qui relèvent de leur ressort. Pour le chef de corps du 22e Régiment d’infanterie commando de Gaoua, Lassané Porgo, « les FDS et les journalistes ont une mission commune : assurer le bien-être de la population. Et pour cela, chacun dans son domaine et sa spécialité doit utiliser ses armes à bon escient pour contribuer à la lutte contre le terrorisme qui est une lutte commune ».

Le directeur de la radio UNITAS de Diébougou, l’abbé Cyriaque Somé

Les échangent ont été enrichissants, aux dires des participants. « Les journalistes et les FDS mènent le même combat, les uns avec les armes et les autres avec leurs plumes et micros. Il s’agit de coordonner les idées et les moyens pour venir à bout de ce fléau dont nous sommes tous victimes », a indiqué le directeur de la radio UNITAS de Diébougou, l’abbé Cyriaque Somé.

Boubacar TARNAGDA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *