Situation sécuritaire dans la commune de Markoye : Des ressortissants appellent au secours

La Coalition des ressortissants de la commune de Markoye a tenu une conférence de presse, ce samedi 2 avril 2022, à Ouagadougou. Il était question d’exposer la situation sécuritaire qui prévaut dans la commune Markoye, située dans la province de l’Oudalan, région du Sahel. A en croire les conférenciers, la commune dont ils sont ressortissants vit les heures les plus sombres de son existence, avec des attaques, des enlèvements et des assassinats.

La situation sécuritaire dans la commune de Markoye est délétère, depuis le début des attaques terroristes au Burkina. De 2019 à nos jours, pas moins d’une douzaine d’incidents terroristes y ont été perpétrés. Selon la Coalition des ressortissants de la commune de Markoye, la situation déjà mauvaise a empiré au cours du premier trimestre de 2022, avec des attaques à répétition dans les villages qui tentent tant bien que mal d’être résilients. « Les villages de Dambam, Markoye, Tokabangou sont assiégés. Il est impossible de se rendre à quelques centaines de mètres desdits villages sans être froidement abattu », maugrée Boureima Maïga, membre de la coalition. Il en veut pour preuve l’assassinat d’un élève de CP1 et la décapitation d’un autre en classe 4e, respectivement les 16 et 23 mars 2022, et l’enlèvement de deux personnes entre Markoye et Tokabangou dont ils sont sans nouvelles jusqu’à présent.

A en croire Boureima Maïga, la commune est devenue une prison à ciel ouvert, un « no man’s land » dans lequel des hommes armés dictent leur loi en fonction de leur humeur. « Ils se pavanent dans la commune, aux alentours des villages, depuis des semaines (…). Ils se sont arrogé le droit de vie ou de mort sur ces populations déjà affligées. Oui, les groupes armés décident de comment et de qui doit vivre dans la commune de Markoye », martèle Boureima Maïga.

Selon Boureima Maïga, la situation sécuritaire n’a jamais été aussi délétère à Markoye.

En plus de mettre la vie des populations en péril, les actions des hommes armés ont bien d’autres répercussions sur la commune. En effet, selon la coalition, « les services publics tels que la douane et la police sont actuellement délocalisés. Les marchés sont fermés, le bétail emporté et les quelques boutiques encore présentes ont été saccagées. Et ce n’est pas tout. Les CSPS ainsi que les écoles sur place sont soit fermés, saccagés ou brûlés. Actuellement, 28 écoles sur 37 et quatre CSPS sur cinq sont fermés ».

A tout cela vient s’ajouter une crise alimentaire sans précèdent dans la commune de Markoye. En effet, les greniers qui existaient ont été brûlés par les hommes armés et tout ravitaillement du village est actuellement impossible. La coalition craint donc le pire.

Face à cette situation sombre, les ressortissants de Markoye proposent plusieurs solutions dont l’équipement conséquent des forces de défense et de sécurité et des volontaires pour la défense de la patrie, l’implication des chefs coutumiers et religieux dans le processus de pacification et de sensibilisation contre la radicalisation. La coalition lance également un appel à l’aide à la communauté sous-régionale, régionale et internationale. Elle appelle l’ensemble des Burkinabè à faire preuve de solidarité à l’endroit des habitants de Markoye. A cet effet, une caisse de solidarité a été mise en place par la coalition, et toute contribution est la bienvenue.

Abdoul Rachid SOW (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *