Région du Centre : Les membres de la délégation spéciale installés

Le ministre en charge de la sécurité, le colonel-major Omer Bationo, a procédé ce  jeudi 23 juin 2022 à l’installation des membres de la délégation spéciale du centre.

Les conseils municipaux ont été dissous mais leurs missions ne sont pas dissoutes. Afin de poursuivre les actions de développement au profit de la population du Centre, le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, le colonel-major Omer Bationo,  a procédé à l’installation officielle des membres de la délégation spéciale régionale du Centre.

                                                          Les membres de la délégation pour servir la population

Le colonel-major Omer Bationo a affirmé  que ces membres qui viennent d’être installés ont été désignés pour assurer la mission du service public en vue de poursuivre les actions de développement au profit des populations du Centre.

« Vous avez un devoir de redevabilité dans vos actions quotidiennes vis-à-vis des populations. Au regard de l’importance de la mission à vous assignée, je voudrais vous réitérer mes encouragements pour la réussite de cette mission et vous inviter à un esprit patriotique afin que la délégation spéciale puisse maintenir haut la flamme du développement durant cette période de transition », dit-il.

Au nombre de 33, la délégation spéciale du Centre est composée d’un président, un premier vice-président, un deuxième vice-président et trois présidents de commissions permanentes.

Gouverneur de la région du Centre, par ailleurs, président de la délégation spéciale, Abdoulaye Bassinga laisse entendre que compte tenu du contexte national, les actions qu’ils  mèneront devront s’inscrire dans la promotion de la paix et le raffermissement de la cohésion sociale.

« La configuration de notre organe délibérant crée déjà les conditions sine qua non pour la réussite de notre action. Les 3 compétences et personnes ressources que compte la délégation spéciale sont issues des services techniques régionaux, des organisations de la société civile, des autorités coutumières et religieuses », explique-t-il.

La mise en place des délégations spéciales a pris du temps 

La mise en place des délégations spéciales a pris du temps, cette durée, selon le ministre, s’explique par la  relecture de texte à travers le décret qui assure les conditions  d’installation et l’élaboration d’une feuille de route afin de pouvoir mettre les délégations spéciales en place. Il affirme qu’à la date d’hier mercredi 22 juin 2022, 229 communes ont été installées et 111 sont en cours d’installation.

Compte tenu des difficultés sécuritaires, la région de l’Est rencontre les problèmes pour la mise en place des délégations spéciales. En plus de cette région, celle du Centre est aussi confrontée à certaines difficultés comme le problème de consensus.

«  C’est essentiellement des malentendus. Toutes ces difficultés sont résolues à travers l’article 24. Les structures doivent être installées de façon consensuelle. Là où il n’y a pas de consensus, la délégation spéciale s’installe sans cette structure, le temps qu’elle puisse trouver un consensus mais dans l’ensemble, tout se passe bien », confie-t-il.

Saly OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.