Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

Au lendemain de l’augmentation du prix du carburant à hauteur de 100 francs CFA le litre par le gouvernement burkinabè, certaines sociétés de transport ont décidé d’augmenter de facto les prix du transport.

A l’issue d’une rencontre avec le Premier ministre Albert Ouédraogo et des membres du gouvernement ce jeudi 12 mai 2022, le ministre en charge des transports, Mahamoudou Zampaligré, a indiqué que le gouvernement n’est pas associé à cette décision des sociétés de transport.

« Il s’agit d’une augmentation sauvage et le gouvernement tient pour responsables tous les acteurs qui s’adonneraient à cette pratique », a laissé entendre le ministre des transports, ajoutant que la faîtière des transporteurs routiers ne se reconnaît pas non plus dans cette décision. De ce fait, il a appelé ces sociétés à « revenir à la raison ».

« Ces augmentations sont disproportionnées par rapport à l’augmentation que nous avons observée », a souligné Mahamoudou Zampaligré, qui dénonce le comportement de certaines compagnies de transport qui ont procédé à une augmentation de 22% alors que la faîtière des transporteurs est dans une proportion raisonnable de 12%.

Une concertation est prévue avec les différents acteurs, le vendredi 12 mai 2022 afin de rechercher des solutions à cette préoccupation.

Toutefois, M. Zampaligré a rappelé que le Burkina pratique des prix appréciables par rapport à certains pays de la sous-région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.