Lutte contre le terrorisme : « Le tout militaire a montré ses limites partout au Sahel, chaque pays a initié une méthode propre à lui », estime le ministre d’Etat Yéro Boly

« Défis, enseignements et partage d’expériences dans la gestion politique de la crise sécuritaire au Sahel ». C’est autour de ce thème que l’Observatoire citoyen sur la gouvernance et la sécurité (OCGS) tient, les 21 et 22 juillet 2022 à Ouagadougou, avec le soutien de l’ambassade royale du Danemark au Mali, une conférence régionale afin de procéder à une évaluation globale de la situation sécuritaire dans le Sahel et à l’analyse des défis et enseignements pour déterminer des réponses idoines pour la réduction de la violence dans l’espace du Liptako-Gourma.

Cette assise régionale se veut donc le début d’un processus qui vise, avant tout, à faire en sorte que les solutions locales face à la crise sécuritaire soient mieux comprises au niveau national et régional. « Cette conférence n’est point une rencontre de plus, encore moins un espace de trop. Elle vise, avant tout, à créer une dynamique continue de réflexion sur la problématique d’une paix négociée, à produire une analyse empirique pour aider les parties-prenantes locales, nationales, régionales et internationales à élaborer des mesures politiques et programmatiques à s’attaquer aux causes profondes de l’insécurité humaine dans la région », balise le secrétaire exécutif de l’OCGS, Baba Dakono.

Au Faso, tout comme dans la zone du Liptako-Gourma, la crise sécuritaire continue de générer un sentiment de suspicion, de méfiance et de désarroi au sein de certaines populations, décrit-il, avant de relever l’impératif de travailler pour inverser cette tendance.

« Pour y arriver, le changement de paradigme paraît une nécessité. Ce changement de paradigme dans la réponse doit nous permettre d’améliorer la gouvernance, de promouvoir les dialogues politiques, des dialogues locaux, de renforcer les institutions judiciaires. Pour nous, au sein de l’Observatoire, c’est ça le ‘’sursaut civil ’’ : une véritable réorientation des priorités, un changement d’approche basé sur des recommandations concrètes », fait observer Baba Dakono, précisant que l’objectif général de ce cadre de réflexions est de contribuer à une meilleure articulation des actions qui visent la réduction de la violence au niveau local.

Le ministre d’État, Yéro Boly (vêtu de blanc) avec à sa gauche, Saïdou Oua et à sa droite, Baba Dakono.

« Nous estimons que c’est par une compréhension fine des dimensions politiques et sociales de la crise sécuritaire et l’implication des populations qu’on pourra arriver à résoudre durablement la crise. Des réponses pleinement adaptées pourront être adoptées afin de diminuer l’impact de la présence des groupes armés non-étatiques sur la situation sécuritaire d’ensemble », justifie le secrétaire exécutif de l’OCGS, Baba Dakono.

Le secrétaire exécutif de l’Autorité pour le développement intégré du Liptako-Gourma, Saïdou Oua, a, à travers une cartographie du contexte sécuritaire, situé l’enjeu de cette initiative de réflexion dans les efforts de lutte contre l’insécurité dans l’espace concerné.

Ces deux jours de réflexions connaissent la participation de représentants du Burkina, du Mali, du Niger et de la Mauritanie ; des représentants d’initiatives multinationales de maintien de la paix et de lutte contre le terrorisme ; des mandataires d’organisations et instituts de recherche et d’étude sur la paix, la sécurité humaine, le terrorisme et l’extrémisme violent ; des représentants d’organisations non-gouvernementales et la société civile (femmes, jeunes, confessions religieuses…) ainsi que des personnes-ressources reconnues pour leurs contributions significatives à la compréhension sur l’insécurité dans la région.

L’initiative qui bénéficie du soutien de l’ambassade royale du Danemark au Mali à travers le programme Sahel, poursuit l’idéal de faire en sorte « que l’avenir appartienne au dialogue et non à la guerre, à la collaboration et non à la méfiance, à la prospérité partagée et non aux violences ».

Cette conférence régionale dont l’ouverture des travaux a été présidée par le ministre d’État, ministre auprès du président du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Yéro Boly, sera articulée autour de communications de spécialistes en sécurité et en gouvernance, des discussions et partage d’expériences ainsi que de travaux en groupes. Elle sera sanctionnée par un appel intitulé « Déclaration de Ouaga ».

Le ministre d’État, ministre en charge de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Yéro Boly.

« Je ne pense pas qu’il y ait mieux que les intéressés pour poser le bon diagnostic. Une maladie, un problème, n’est entièrement éradiqué (e) que si son diagnostic est bien fait. (…). Le tout militaire a montré ses limites partout au Sahel. Que ce soit au Mali, au Burkina ou au Niger, il a montré qu’il n’était pas la solution unique et efficace. Vous aurez observé que, partout, au niveau du Sahel, chaque pays a initié une méthode propre à lui et au Burkina Faso, nous avons initié la mise en place de comités locaux de dialogue, qui sont des initiatives endogènes, locales, pour dialoguer avec les acteurs, faire en sorte que les enfants du pays qui ont pris les armes contre la nation les dépose et reviennent », a commenté le ministre d’Etat, Yéro Boly, à l’ouverture de cette conférence régionale.

O.L

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.