Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso et le Niger renforcent leur coopération militaire

Les ministres de la défense nationale du Burkina Faso et du Niger ont tenu une séance de travail, ce lundi 22 août 2022 à Ouagadougou. Il s’est agi essentiellement de la coopération militaire dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Le Burkina Faso et le Niger veulent continuer à travailler main dans la main pour lutter contre le terrorisme. Toute la journée, les deux délégations ont passé en revue leur coopération militaire.

« Nous avons analysé nos forces et nos faiblesses. Nos forces, il s’agit de la coopération dans la lutte contre le terrorisme. Notre faiblesse, c’est que nous avons mis du temps à nous organiser, à nous préparer pour répondre. Ce temps qui a été perdu a permis à nos ennemis de se renforcer et de s’organiser », a affirmé le ministre de la défense nationale du Niger, Alkassoum Indattou, à la fin de cette rencontre.

Le ministre nigérien de la défense Alkassoum Indattou est accompagné par la hiérarchie militaire de son pays.

Face à ce retard, les deux pays confrontés à l’hydre terroriste comptent sur un atout : la coopération militaire. « La coopération militaire avec le Niger est un modèle. Depuis plusieurs années, nous entretenons une excellente relation d’amitié et de coopération, qui s’est renforcée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Depuis plusieurs années, nous menons des opérations conjointes avec le Niger que nous baptisons « Opération Taanli ». Nous avons déjà eu plusieurs éditions et d’autres qui sont en planification », a indiqué le ministre de la défense nationale du Burkina Faso, général Aimé Barthélémy Simporé.

Améliorer la coopération militaire

Le Niger, à travers son ministre, a témoigné sa disponibilité à partager l’expérience de son pays dans la lutte contre le terrorisme avec son voisin le Burkina Faso.

« Au Niger, nous avons une situation difficile comme d’autres pays. La plus difficile, c’est celle du Mali. Au Niger, nous avons réussi à nous relever de cette situation (…) Nous sommes disposés à tout faire pour renforcer la coopération entre nos différents pays pour que l’effort qui a été fait par l’armée nigérienne pour relever notre pays, que cet effort puisse être bénéfique pour l’ensemble des pays de la sous-région », a déclaré le ministre Alkassoum Indattou.

Le général de brigade, Aimé Barthélémy Simporé se réjouit d’une fructueuse journée de travail.

Quant au ministre burkinabè, général Aimé Barthélémy Simporé, il a qualifié cette journée de « fructueuse ». « La rencontre d’aujourd’hui a permis de passer en revue la situation sécuritaire et d’envisager d’améliorer cette coopération à travers une stratégie commune qui prendra en compte les évolutions, les impératifs stratégiques du contexte sous régional », a-t-il indiqué.

Au cours de cette séance de travail entre les deux pays, il a aussi été question de renforcer la coopération avec d’autres pays comme le Mali.

Avant la cérémonie de clôture, le président de la Transition du Burkina Faso, Lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba, a reçu en audience la délégation venue du Niger.

Cryspin Laoundiki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *