Lutte contre le terrorisme : La transition remporte la note de 8/10, selon le collectif « Sauvons le Burkina Faso »

Le Collectif national des organisations de la société civile « Sauvons le Burkina Faso » a lancé un appel à la mobilisation et à la résistance populaire aux côtés de l’armée nationale ce jeudi 28 juillet 2022 à Ouagadougou. Le collectif a demandé une union sacrée aux côtés des forces de défense et de sécurité dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Au regard de la situation nationale, le Collectif national des organisations de la société civile « Sauvons le Burkina Faso » a lancé un appel à une mobilisation populaire. Le président du collectif, Mamadou Drabo, a demandé à l’ensemble de la population un sursaut salvateur en faisant fi des « divisions et des puériles polémiques ».

« Que nous soyons formés ou non, que nous soyons menuisiers, électriciens, vendeurs de thé architectes, journalistes, mécaniciens, soudeurs, avocats ou balayeurs de rues, docteurs, astrophysiciens ou éboueurs, offrons nos services à l’armée qui saura nous catégoriser dans les rangs de la brigade des volontaires pour la défense de la patrie, selon ses besoins et spécialisations.

La mobilisation générale s’entend certes de la mobilisation au front mais aussi dans nos familles, nos services administratifs, nos corps de métiers, nos formations politiques, associatives, coutumières, religieuses, artistiques pour tenir compte de la dimension globalisante du terme front, en temps de guerre », a déclaré Mamadou Drabo, président du collectif.

Les membres du Collectif national des organisations de la société civile « Sauvons le Burkina Faso »

Il a précisé que cet appel vise à mobiliser l’ensemble de la population à venir en appui à l’armée pour libérer le territoire.

Egalement, il a laissé entendre que le collectif est en train de mobiliser des couches sociales pour venir en aide à l’armée, notamment à travailler à réparer le matériel défectueux, à apporter des soins sanitaires à la population et à contribuer à réparer les ponts.

Mamadou Drabo a précisé que le collectif a discuté avec les responsables militaires en amont avant de faire cet appel.

« On a eu l’assurance et la garantie que nous serons écoutés, que nous allons travailler en synergie avec l’armée que l’on a décidé de faire l’appel. L’armée est au courant de ce que nous faisons. L’armée demande à ce que l’on puisse les soutenir ouvertement et pleinement pour la réussite pour qu’on puisse gagner cette guerre », a-t-il expliqué.

Concernant, l’appréciation de l’évolution de la situation sécuritaire au Burkina Faso, le président du collectif se dit satisfait de la réaction de l’armée.

…les terroristes ne peuvent plus venir taper une base et repartir avec des trophées de guerre…

« Après le 24 janvier 2022, on se disait que ça allait être difficile, très difficile de sortir le Burkina Faso de ce bourbier. On était préparé psychologiquement à prendre tous les coups aux côtés de l’armée pour qu’un jour nous puissions retrouver la paix. Mais dans la réorganisation de l’armée nous voyons que la transition est en train de travailler. Du côté de l’armée, nous voyons qu’ils sont en train de se réorganiser. Du simple fait que les terroristes ne peuvent plus venir taper une base et repartir avec des trophées de guerre, c’est une victoire pour nous. L’armée répond du tic au tac, dès qu’on nous tape on réplique », a affirmé Mamadou Drabo.

Alors, le collectif a donné la note de 8/10 à l’armée, mais estime qu’il y a une lenteur au niveau de l’administration publique.

Jules César KABORE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.