Lutte contre la vie chère : Erick Telimsein explique quelques concepts économiques

Erick Telimsein explique quelques concepts économiques en lien avec l’actualité nationale. Il est macroéconomiste de formation, certifié par l’université de Leiden au Pays-Bas sur l’analyse du terrorisme, expert sur le projet de la BAD dénommé BAD NMI au Burkina et président du Réseau africain des jeunes chercheurs, délégation du Burkina (RAJEC-Burkina).

Burkina24 (B24) : Depuis un temps, le chef du gouvernement parle de subvention pour lutter contre la flambée des prix sur le marché, c’est quoi une subvention de l’Etat ?

Erick Telimsein (ET) : Une subvention en français facile est une aide financière (l’argent) que l’Etat accorde à une personne ou une entreprise.

Dans le cas actuel du Burkina Faso, l’Etat va donner de l’argent pour aider le secteur privé évoluant dans les denrées de première nécessité pour faire face à leurs dépenses mais en contrepartie ils doivent diminuer leur prix sur le marché pour permettre au consommateur de payer a un prix raisonnable les denrées de première nécessité car nous avons assisté à une augmentation exagérée des prix ces derniers mois.

Lire également👉100 jours de Damiba : Le bilan économique, selon Erick Telimsein, macroéconomiste en formation

En général, on distingue trois types de subventions : la subvention d’exploitation, la subvention d’investissement et la subvention d’équilibre.

La subvention d’exploitation est une aide financière accordée par l’Etat ou une collectivité, mairie, au profit des entreprises et des associations.

La subvention d’investissement quant à elle est une aide financière qui a été octroyée à une entreprise à titre définitif, par l’Etat ou une commune. Il n’y a aucune obligation de remboursement.

Une subvention d’équilibre, elle, est une subvention accordée à une entreprise ou un organisme pour combler son déficit c’est-à-dire sa perte de façon totale ou partielle.

Les subventions peuvent être un bon outil d’intervention si elles sont utilisées pour rectifier les prétendues imperfections du marché par exemple dans le cas actuel où tous les prix ont augmenté.

Elles peuvent aussi aider les jeunes entrepreneurs à surmonter une période initiale de pertes en attendant de se développer suffisamment pour devenir rentables.

Toutefois, les subventions présentent des inconvénients. Dans le cas où les produits sont subventionnés, les riches profitent plus que les pauvres et cela peut accroitre les inégalités sociales. La subvention peut tuer la recherche et l’innovation vu que c’est de l’argent garanti pour l’entrepreneur.

B24 : Et c’est quoi la détaxation fiscale ?

ET : Détaxation c’est lorsque l’Etat décide de diminuer ou de supprimer une taxe, une redevance, une imposition pour favoriser un secteur bien donné.

La différence entre taxe et redevance, c’est que la première est un prélèvement non obligatoire payé par l’usager (ici on part payer volontairement) d’un service. Quant à la deuxième, c’est un prélèvement obligatoire (l’Etat coupe directement, par exemple sur les factures de courant ou de l’eau) au profit d’un service public.

Cette méthode est utilisée pour  favoriser une branche de son économie ou encore augmenter le pouvoir d’achat du consommateur. Dans le cas actuel du Burkina Faso, la détaxation pour faire face aux prix élevés peut être la diminution de la TVA sur les produits de première nécessité.

B24 : Entre les deux méthodes quelle est selon vous la meilleure option ?

ET : Selon moi, chaque stratégie a ses avantages et ses limites ; la meilleure façon c’est de faire le mixage en fonction des produits sélectionnés et en faire un mécanisme de base pour anticiper et gérer les futures crises qu’on pourrait avoir.

Propos recueillis par Jules César KABORE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.