Iran : plusieurs séismes font au moins cinq morts et des dizaines de blessés

Des bâtiments résidentiels ont été détruits et plusieurs villages ont été privés d’électricité. Situé en bordure de plusieurs plaques tectoniques, l’Iran est une zone de forte activité sismique.

Plusieurs séismes ont touché le sud de l’Iran, samedi 2 juillet. Le premier s’est produit vers 2 heures (heure locale, 23 h 30 vendredi, heure de Paris) avec une magnitude de 6 à une profondeur de 16 km, selon l’Institut sismologique américain (USGS). Il a été suivi de deux répliques, l’une de magnitude 5,7 et l’autre de magnitude 6.

Le bilan, encore provisoire, fait état de cinq morts. Selon la télévision d’Etat, 49 personnes ont également été blessées.

Opérations de secours presque terminées

Un habitant du village de Sayeh Khosh dans les décombres d’une maison après le tremblement de terre qui a touché le sud du pays, le 2 juillet 2022.

La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar-e Abbas, selon l’Institut sismologique américain (USGS). Selon les images de la télévision, plusieurs bâtiments résidentiels de Sayeh Khosh – le village le plus touché – se sont effondrés et la ville a été plongée dans l’obscurité en raison d’une panne de courant. L’électricité a égament été coupée dans près de trente villages situés dans les zones touchés.

A Bandar-e Abbas, capitale de la province du Hormozgan, où vivent un demi-million d’habitants, les habitants ont passé la nuit dans la rue après le séisme et de longues files d’attente se sont formées devant les stations-service.

« Nous nous concentrons sur l’accueil des victimes du tremblement de terre », a déclaré à la télévision le gouverneur de la province, Mehdi Dousti, qui a précisé que 50 % du village de Sayeh Khosh avait été détruit. Les opérations de recherche et de sauvetage sont presque terminées, a annoncé le Croissant-Rouge du pays, cité par la télévision.

Zone à forte activité sismique

Une personne avait déjà été tuée en novembre 2021 dans cette province du Hormozgan, frappée par des séismes de magnitude 6,4 et 6,3.

Situé en bordure de plusieurs plaques tectoniques, l’Iran est une zone de forte activité sismique. En 2003, un tremblement de terre de magnitude 6,6 avait partiellement détruit la ville de Bam (sud-est) et tué au moins 31 000 personnes. Le séisme le plus meurtrier d’Iran demeure celui de magnitude 7,4, survenu en 1990 dans le nord du pays : il avait fait 40 000 victimes.

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.