Insécurité et crise alimentaire : L’introduction des tubercules dans les cantines scolaires, une solution

La première session ordinaire de l’année 2022 du Cadre Technique de Concertation (CTC) s’est tenu ce mercredi 30 mars 2022 à Ouagadougou. L’objectif général était de faire le bilan de la mise en œuvre de l’Initiative Présidentielle « Assurer à chaque enfant en âge scolaire au moins un repas équilibré par jour » au titre de l’année 2021 et dégager les perspectives de l’année 2022. 

En vue d’assurer un accès équitable à une alimentation équilibrée, suffisante, saine et nutritive à tous les enfants en âge scolaire et contribuer ainsi à améliorer l’accès et la qualité de l’éducation au Burkina Faso, le Chef de l’Etat a commandité en 2018 une étude à cet effet.

Cette étude dénommée « Assurer à chaque enfant en âge scolaire au moins un repas équilibré par jour » vise à améliorer la disponibilité alimentaire, l’état nutritionnel des enfants en âge scolaire, les revenus des ménages vulnérables et la gouvernance des cantines scolaires.

l’impact de l’insécurité sur les cantines scolaires

Pour une efficacité de l’initiative présidentielle, certaines composantes rentrent en ligne de mire à savoir le MENAPLN et le ministère de l’agriculture. Ainsi donc, le MENAPLN qui est chargé de la gestion des cantines scolaire a examiné les différentes difficultés que les cantines rencontrent pour améliorer un peu cette composante.

« A la date d’aujourd’hui on a trouvé qu’il y a eu des concertations et les difficultés ont été également mis à jour et puis des propositions de solutions pour les améliorer. Et les différentes difficultés vous savez que notre pays est confronté à l’insécurité et cette insécurité a un impact important sur les cantines scolaires.

Il y a des écoles qui ont été fermées, il fallait donc réorienter ces cantines et il y avait eu des marchés d’acquisition de vivres vers les lieux où les enfants ont été convoyés, c’est-à-dire les communes hôtes », a expliqué Yvonne Roamba/Guigma, présidente du cadre de concertation de l’initiative présidentielle.

Yvonne Roamba/Guigma Présidente du cadre technique de concertation de l’Initiative présidentielle

Pour ce qui est du rôle du ministère de l’agriculture  dans la mise en œuvre de l’initiative présidentielle, la présidente du cadre de concertation a spécifié que celui-ci est chargé d’améliorer la disponibilité alimentaire. Pour cela, des initiatives ont été prises pour mettre en place un modèle d’agriculture innovante résiliente et performante (AIRP).

Des tubercules comme alternatives

Malgré le contexte sécuritaire actuel, Yvonne Roamba a laissé entendre que les composantes de l’initiative présidentielle ont engrangé des résultats encourageants. « Il y a des communes qui n’ont pas toujours été accessibles mais cette année nous espérons que la récupération de ces localités vont nous permettre de dérouler ce programme.

Au niveau des cantines scolaires, on est en train de nous adapter parce que vous avez vu que les prix des denrées alimentaires ont augmenté. Il faut que nous puissions donc trouver des solutions rapides pour nourrir nos enfants. L’introduction des tubercules dans les cantines scolaires peut aider un peu à faire face à ces pénuries », a-t-elle avancé.

Pour ce qui est des perspectives, la présidente a mentionné que le programme 2022 sera examiné et certainement adopté.

A noter que l’administration étant une continuité, cette initiative qui couvre la période 2021 à 2025 se traduit comme un engagement du Chef de l’Etat à améliorer la situation alimentaire et nutritionnelle chez les enfants en âge scolaire ainsi que les revenus des ménages en situation de précarité.

Aminata Catherine SANOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *