Humanisation dans les services de santé : La formation des agents de santé initiée par 2AMIS jugée satisfaisante

Il s’est refermé dans l’après-midi de ce jeudi 9 juin 2022, l’atelier de formation au profit du personnel des hôpitaux, des cliniques et des services de santé. Cet atelier initié par Afrique Assistance Médicale Internationale et services (2AMIS) avait pour objectif de renforcer les capacités des agents médicaux.

 

Parti d’un constat que la prise en charge des malades fait défaut dans les services de santé au Burkina Faso et un peu partout ailleurs, 2AMIS a organisé une formation dans le but d‘y remédier. Durant 4 jours, le personnel des Centres Hospitaliers Universitaires et Centres Hospitaliers Régionaux des villes du Burkina Faso ont bénéficié d’une formation sur le thème « Accueil, communication et humanisation à l’hôpital et dans les services de santé ».

Robert Sangaré, directeur général de 2AMIS, a laissé entendre que cette formation répondait à un besoin, raison pour laquelle elle a été initiée.

Robert Sangaré
Robert Sangaré, directeur général de 2AMIS

« La nécessité de cette formation était évidente. Aujourd’hui en matière de formation médicale, l’accueil et la bonne communication, l’humanisation sont des facteurs incontournables. Pour soigner quelqu’un, il faut de la chaleur humaine, il faut que la personne soit comprise.

 On a besoin de sentir vraiment qu’on donne tout ce qu’il faut pour nous sauver la vie. Dans ce domaine aujourd’hui, il faut mettre le malade en confiance à travers un certain nombre d’attitudes, que ce soit dans la parole, d’un point de vue structurel, l’aménagement de nos locaux…, pour montrer au patient qu’on lui accorde une attention particulière.

 Il nous faut prendre toutes ces dimensions en compte dans nos services de santé. Nous espérons que cela va améliorer nos prestations dans ces services-là »a indiqué Robert Sangaré.

Plusieurs modules abordés

Durant les quatre jours de formation, plusieurs modules ont été abordés sous la coupe des professionnels du domaine. Paul Nikiéma, un des formateurs, a expliqué les modules étudiés et il a d’ailleurs apprécié le niveau des participants et la qualité des échanges.

« Nous avons abordé le module de l’humanisation des hôpitaux, de l’accueil en milieu hospitalier et la communication hospitalière. Au niveau des participants, il y a vraiment eu des échanges puisque ce sont tous des praticiens.  

Chacun a son niveau a pu donner des exemples caractérisant sa structure, alors ça vraiment été très riche d’enseignements, on a échangé et c’était formidable. L’évaluation a montré que près de 90% étaient satisfaits. Donc nous même on est comblés », a expliqué joyeusement Nikiéma Paul.

Une formation très riche en termes d’humanisation

Au sortir de la formation, les participants ont laissé paraitre leur satisfaction quant au bien-fondé de la formation. L’un d’eux Nouradine Abakar Kanika, directeur adjoint des soins de l’hôpital de la renaissance du Tchad, a souligné qu’ils ont été conséquemment outillés afin d’être des relais auprès des autres agents n’ayant pas bénéficié de la formation.

L’engagement est donc pris afin que le partage d’expériences soit effectif dans leurs centres de santé respectifs.

Nouradine Abakar Kanika
Nouradine Abakar Kanika, participant venu du Tchad

« C’est une formation qui a été très riche en termes d’humanisation. Ici en Afrique il y a déjà l’humanisation mais le fait de la mettre en pratique, c’est ça qui pose problème. Les formateurs ont touché du doigt tous les points sensibles que les agents vivent à l’hôpital et j’espère qu’avec les connaissances qu’on a acquises, il y aura un changement positif dans nos hôpitaux.

C’est un devoir d’informer et de transmettre cette formation là à nos collègues. En tant que directeur, mon objectif c’est l’amélioration de la qualité de la prise en charge de mes patients. C’est ça qui est le plus important », a-t-il apprécié.

Remise des attestations
Remise des attestations

Notons qu’a la fin des séances, les participants ont chacun reçu une attestation de participation en signe de reconnaissance de l’authenticité de la formation acquise.

Flora KARAMBIRI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.