Fédération burkinabè de football : Lazare Banssé et les dissidents du Comité exécutif se réconcilient

Le président de la Fédération burkinabè de football et les dissidents du Comité exécutif de la FBF ont signé, ce mercredi 4 mai 2022, un protocole d’entente pour un retour à la paix. Par ce document, Lazare Banssé et les dissidents enterrent la hache de guerre et s’engagent à travailler ensemble pour le bien du football burkinabè jusqu’à la fin du mandat en 2024.

La crise qui secoue la FBF est en passe de se résoudre. En présence du président du Comité national olympique et des sports burkinabè (CNOSB), Jean Yaméogo, les protagonistes se sont engagés, à travers un protocole d’entente, de travailler ensemble jusqu’à la fin du mandat en 2024.

Selon Jean Yaméogo, qui a supervisé les pourparlers, c’est le bureau issu des élections d’Aout 2020 qui sera reconstitué pour le reste du mandat. Ainsi, le trésorier général, Idrissa Kafando, qui avait été limogé le 6 janvier 2021 et remplacé par Moustapha Degtoumda, réintègre le Comité exécutif. C’est aussi le cas des quatre autres membres qui avaient été limogés et à qui la justice avait donné raison. Chacun retrouve son poste initial.

Jean Yaméogo, président du CNOSB, brandissant le protocole d’accord paraphé par tous les 21 membres du Comité exécutif de la FBF

Il a également été décidé que le Comité national olympique et des sports burkinabè surveille désormais les travaux, en cas de besoin, du Comité exécutif de la FBF. « Le consensus qu’on a trouvé est que le Comité olympique va surveiller les travaux, à chaque fois que nécessaire avec le Comité exécutif, pour permettre une bonne entente, l’harmonie et une bonne gouvernance au sein du bureau. Le problème qu’on a vécu, c’est certainement une gouvernance qui n’a pas plu à tout le monde », a indiqué Jean Yaméogo.

Les protagonistes ont aussi décidé que les textes actuels qui régissent le fonctionnement de la FBF serviront de bases pour les actions futures de la FBF. « On a décidé de suivre les textes qui régissent la Fédération pour que le bureau puisse fonctionner à la satisfaction des membres du bureau et de pouvoir former une équipe solide. Nous allons suivre ce processus tout en réglant petit à petit tout ce qu’on a relevé ici comme manquements », a ajouté le président du CNOSB. Cependant, un Comité sera convoqué pour la relecture de ces textes. Les textes consensuels qui sortiront de la relecture seront soumis à la Confédération africaine de football.

Issa Sidibé, deuxième vice-président de la FBF, paraphant le protocole d’accord sous le regard du président de la FBF, Lazare Banssé

Le choix du sélectionneur a également fait l’objet d’un point du protocole. Une commission a été mise en place pour statuer sur la question. Rien n’a encore filtré des travaux de la commission car, selon Jean Yaméogo, les résultats seront soumis à l’appréciation du Comité exécutif et à la décision définitive du ministère des Sports, de la jeunesse et de l’emploi.

Pour Lazare Banssé, il y a espoir qu’une entente soit trouvée sur le sélectionneur qui sera retenu. « C’est sûr que nous allons trouver une entente à partir du moment où nous avons trouvé un accord pour le bon fonctionnement du comité. Dans l’union et l’entente, nous allons trouver le mode opératoire qui va nous permettre de désigner le sélectionneur qui va nous permettre d’aller à ces éliminatoires. Je pense que ça va bien se passer parce que ç’a déjà bien commencé », a-t-il dit.

Ramdé Sibiri Jean Claude Wenceslas, membre des dissidents, signant le protocole d’accord

Les protagonistes n’ont pas passé sous silence l’Assemblée générale initialement convoquée pour le 28 mai 2022 à Koudougou par le président de la Fédération burkinabè de football. La décision des différentes parties est de reporter cette assemblée générale à une date qui sera choisie par le Comité olympique. « L’AG sera convoquée par le CNOSB. Nous allons rassembler le maximum d’acteurs et demander leur indulgence, leur collaboration pour que nous puissions faire en sorte que le football aille de l’avant », a promis le patron du CNOSB.

Dagba Raymond échangeant avec Abdoulaye Zongo, un soutien du président Lazare Banssé

Pour le patron de la Fédération burkinabè de football, le protocole d’accord est une réponse à l’appel du peuple burkinabè qui veut que son équipe participe à la prochaine CAN. « Les membres du Comité exécutif ont décidé de fumer le calumet de la paix, de rassemblement. Nous nous sommes déjà retrouvés comme une équipe unie pour le bien de notre football. Nous avons des échéances, le peuple burkinabè nous attend. Nous avons donc répondu à l’appel du peuple en réussissant cette réconciliation », a-t-il conclu.

Jacques Théodore Balima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.