Dori : Le gouvernement solidaire des déplacés de Seytenga et de Titabè

Ce 19 juin 2022, une équipe gouvernementale a séjourné dans le chef-lieu de la région du Sahel, Dori. Il s’agit du ministre en charge de la solidarité nationale, Lazare Zoungrana, du ministre en charge de l’agriculture, des ressources animales et halieutiques, Innocent Kiba, de Maminata Traoré/Coulibaly de l’environnement, de l’énergie et de l’eau, ainsi que du ministre de la santé et de l’hygiène publique, Robert Lucien Jean-Claude Kargougou. La délégation est venue toucher du doigt les réalités que vivent les déplacés de la commune de Seytenga et de Titabé arrivés à Dori pour cause d’insécurité.

Dori a accueilli ce 19 juin 2022 une délégation gouvernementale. La délégation qui avait à sa tête le ministre en charge de la solidarité nationale est venue encourager les déplacés de Seytenga et de Titabé qui ont trouvé refuge à Dori pour cause d’insécurité. Dans la salle de réunion du gouvernorat de Dori, la délégation a eu d’abord droit à un exposé sur le point des déplacés internes et de leurs prises en charges dans la région du Sahel depuis l’avènement de l’insécurité. Cet exposé a été fait par le directeur régional en charge de la solidarité nationale, Lassané Ouédraogo. Celui-ci a indiqué dans son exposé que ses services ont enregistré à la date du 18 juin plus de 19 000 déplacés de Seytenga et de Titabé. Des chiffres, selon lui, qui vont évoluer car des gens sont toujours sur le terrain pour le dénombrement.

Vu le nombre croissant de ces déplacés, le directeur régional précise que le besoin alimentaire pour ces déplacés est de 231 588 rations par mois. Le nombre d’abris de 2240, les articles non alimentaires de 2 467 et le nombre de kits de dignité de 4479. De son avis ses déplacés sont exposés a plusieurs risques notamment les femmes, les jeunes filles et les enfants. Parmi ces risques, le mariage précoce, la sous-alimentation, la non scolarisation des enfants.

La délégation gouvernementale sur le site des déplacés

Leurs besoins ont été aussi égrenés par Lassané Ouédraogo. Le besoin de prise en charge en cas de violence, le besoin en droits humains, le besoin de documents d’état civil car les chefs de ménages ont tout perdu, le besoin d’eau potable… A l’issue de son exposé le ministre en charge de la solidarité nationale a indiqué que la composition de la délégation à Dori répond à tous les risques et besoins cités. La délégation a en son sein le ministre en charge de l’eau, le ministre en charge de la santé, le ministre en charge de la solidarité nationale et celui en charge de l’agriculture et de l’élevage. Une symbiose sera faite entre ces différents ministères afin de trouver une solution rapide à ces problèmes soulevés.

L’ensablement de la mare de Dori s’est aussi invité dans les échanges. Maminata Traoré /Coulibaly a indiqué que des concertations sont en cours afin de résoudre ce problème et permettre à la population de bénéficier de cette mare. A cette séance, l’on a noté la présence des représentants des ONG et des organisations internationales. Au nom du président du Faso et du Premier ministre, la délégation a félicité tous les acteurs œuvrant dans la prise en charge des déplacés, notamment les organisations internationales et ONG qui n’ont ménagé aucun effort pour accompagner l’Etat dans cette prise en charge de ces déplacés et la population de Dori.

Les représentants des organisations internationales présentes à la rencontre du gouvernorat

A l’issue de cette rencontre la délégation ministérielle s’est rendue sur le site des déplacés de Seytenga, au quartier Petit Paris et à Yanrala. Au cours des échanges avec les déplacés, la délégation a dit être venue leur apporter le soutien et l’encouragement du président du Faso et du premier ministre et leur dire que le gouvernement est à leurs côtés nuit et jour. Et, des solutions seront trouvées pour qu’ils retournent dans leur localité pour participer au développement du pays.

Les déplacés ont égrené des doléances à l’endroit de la délégation. Ces doléances se résument au manque criard d’eau dans la ville de Dori, le nombre pléthorique de ces déplacés dans les familles d’accueil, et leur retour rapide dans leurs localités respectives. Après leur avoir prodigué des conseils dans le cadre du vivre ensemble avec la population hôte, c’est après une rencontre en tête-à-tête avec les représentants de la population hôte et des déplacés, que la délégation a quitté Dori tout en rassurant ces déplacés que leurs doléances seront transmises au plus haut niveau et des solutions urgentes seront trouvées.

Daoula Bagnon
Correspondant Dori

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.