Dernière augmentation des prix du carburant : L’UAS exige du gouvernement son annulation, sinon…

Ceci est une déclaration de l’Unité d’Action Syndicale (UAS) sur la hausse des prix des hydrocarbures.

Par arrêté conjoint N°2022-019/MDICAPME/MEFP en date du 18 août 2022, le gouvernement a procédé à une augmentation des prix des hydrocarbures se traduisant par plus 35 F pour le super 91 et plus 30F pour le gas-oil. Cette dernière augmentation fait suite à celle opérée trois mois seulement avant, soit le 12 mai et qui était de 100F ce qui, en termes d’augmentation, est un record jamais égalé. Cette augmentation intervient au moment où on observe au niveau international sur les deux derniers mois une baisse du cours du baril de pétrole de près de 20%, au moment aussi où l’inflation dans notre pays est de loin la plus forte des pays de l’UEMOA (plus de 17% en juin).

L’UAS dénonce ces augmentations injustifiées qui viendront inéluctablement aggraver une situation déjà très difficile pour les populations en général et les travailleurs en particulier. Déjà, les prix fixés par le gouvernement de la transition en juin ne sont pas respectés et le gouvernement est incapable d’y trouver une solution.

L’UAS exige du gouvernement l’annulation de la dernière augmentation et donc le retour immédiat aux prix d’avant le 19 août, en attendant de procéder à une révision de la structure des prix des hydrocarbures en vue d’une baisse significative des prix des hydrocarbures.

Elle fait une fois de plus le constat que les nouvelles autorités ont délibérément choisi de l’ignorer, elle qui se bat depuis 2006 pour une baisse significative des prix des hydrocarbures avec une proposition concrète sur la structure des prix des hydrocarbures qui dort dans les tiroirs des différents gouvernements qui se sont succédés depuis 2006.

Aussi bien lors des rencontres du comité interministériel de détermination des prix des hydrocarbures qui ont validé les deux dernières augmentations, que pour les rencontres du cadre de concertation tripartite de mai 2022, le gouvernement a choisi de tenir à l’écart l’UAS qui est pourtant membre de ces deux cadres.

Le gouvernement devrait comprendre que l’inaction de l’UAS se justifie uniquement par la situation difficile que vit le pays, notamment l’insécurité qui connait une aggravation continue. Mais cette situation n’autorise pas le gouvernement à se complaire dans les excès, notamment dans les mesures antipopulaires et dans la gestion des ressources publiques.

En cas de non prise en compte de l’exigence suscitée, l’UAS, seule ou de concert avec d’autres organisations, engagera des actions en vue de sa satisfaction ainsi que d’autres préoccupations des travailleurs.

Ouagadougou, le 25 août 2022

Pour les Secrétaires Généraux :

Ont signé :

Le Président de mois des centrales syndicales             Le Président de mois des syndicats autonomes

 

Olivier Guy OUEDRAOGO                                                                     Alain SOME

Secrétaire Général/CSB                                                   Secrétaire Général/SYNTRAPOST

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.