Crise humanitaire : Le Burkina enregistre une baisse considérable du nombre des PDI, selon le ministre de la solidarité nationale

A l’issue du conseil des ministres de ce mercredi 7 septembre 2022, le ministre de la solidarité nationale et l’action humanitaire, Lazare Zoungrana, a fait le point des activités de son département en faveur des personnes déplacées internes (PDI) aux hommes de médias. A l’en croire, le nombre de PDI est passé de 1 902 150 à 1 520 000.

Selon le premier responsable de l’action humanitaire, Lazare Zoungrana, le Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR) a entrepris un travail de toilettage du fichier de l’enregistrement des Personnes déplacées internes (PDI).
A la date du 30 avril, les résultats de ce travail ont montré une baisse considérable du nombre des PDI. A cette date, le Burkina Faso était à 1 902 150, « Aujourd’hui, nous sommes à 1 520 000 personnes déplacées internes », a-t-il notifié.

« Cela est principalement dû au retour des personnes déplacées internes dans leurs localités d’origine que nous avons enregistré ces temps-ci mais également au fait que les personnes déplacées internes avaient été enregistrées doublement parce que les zones qui initialement étaient des zones d’accueil, par la force des choses, sont devenues des zones de départ », a expliqué le ministre.

Par ailleurs, il a ajouté que c’est important de faire ce travail afin de disponibiliser des données fiables pour l’ensemble des acteurs humanitaires de manière à leur permettre d’atteindre leurs objectifs. Ce travail va également concerner les mois de mai et d’août pour permettre au gouvernement d’avancer dans la mise à la disposition des données fiables, a-t-il précisé.

En ce qui concerne le drame survenu sur l’axe Bourzanga-Djibo (35 morts et 37 blessés), le gouvernement a déclenché son dispositif d’intervention d’urgence. « En de pareilles circonstances, nous avons le Fonds national de solidarité et de résilience qui a déjà un dispositif assez efficace pour apporter l’appui nécessaire aux différents centres qui ont accueilli les personnes blessées », a indiqué le ministre. Il a aussi ajouté que tous les soins sont gratuits.

Le ministre a profité de l’occasion pour lancer un appel à la solidarité nationale. « Beaucoup se posaient la question de savoir à quoi servait le Fonds national de solidarité. Il y a eu beaucoup d’actions qui ont été menées mais avec cette malheureuse circonstance, nous voyons à quel point il est pertinent que nous puissions renforcer la solidarité nationale. Sans cette solidarité nationale, il est difficile de vaincre certains phénomènes », a-t-il conclu.

Cryspin Laoundiki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.