Burkina Faso: les écoles de Banfora sont restées ouvertes au lendemain des menaces terroristes de fermeture

Quatre établissements scolaires de la ville de Banfora ont découvert tôt le lundi 16 mai 2022 des affiches avec des écritures en français et en arabe sur les murs des établissements. Sur ces affiches, on peut lire des menaces intimant l’ordre de fermer les classes. Ces affiches étaient collées sur le portail et le mur des quatre écoles.

Par Assy Willy, correspondant Comoé

Les élèves des écoles Sacré-cœur de Banfora, CEG de Tatana, le Lycée municipal Fadouga Gnambia et le Collège Don Fodjo, ont vécu une journée de lundi très traumatisante.

A l’entrée des établissements d’enseignements secondaires ci-dessus cités, des messages écrits en français et en arabe vous accueille. Les messages étaient écrits sur des feuilles A4, signés au pied des papiers en rouge du nom de Mokthar Belmokthar (ancien chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique).

Les messages intimaient l’ordre aux responsables d’établissements de fermer les classes. On pouvait lire entre autres sur ses messages placardés à l’entrée de ses établissements « Nous sommes déterminées jusqu’au bout, le sang doit verser à Banfora. Il faut que les écoles restent fermées sauf les écoles islamiques. Vous êtes prévenus, nous allons mal frapper à Banfora ». 

Selon certains responsables d’établissement que nous avons rencontré ce matin, au lendemain de la découverte des messages, les messages ont été placardés pendant le week-end. Certains le samedi et d’autres le dimanche selon les dires de certains gardiens des établissements. Ces derniers expliquent qu’ils ont pensé à des affiches publicitaires.

Dans l’une des quatre écoles, les cours ont été suspendus lundi, cependant les autres établissements ont fait cours.

Le matin de ce mardi 17 mai, les cours avaient bel et bien repris dans toutes les écoles concernées et certains élèves que nous avons pu rencontrer ont laissé entendre qu’ils ont eu très peur hier mais aujourd’hui ça va ; c’est le cas de C.S élèves en classe de 4ème qui a été l’un des premiers à prendre les photos de l’affiche sur le portail de son établissement.

Il explique à Libreinfo.net : « Lorsque, je suis arrivé à l’école, il était 06 heure 40, j’ai vu l’affiche et je me suis approché pour lire, c’est ainsi que j’ai pu lire et j’ai appelé mes camarades pour venir voir après avoir pris la photo du message et nous sommes rentrés à la maison ; aujourd’hui je suis venu à l’école mais j’ai un peu peur ».

Dans un autre établissement I .T , élève de la classe de 3ème raconte qu’elle n’a pas eu peur car pour elle ce sont peut-être d’autres élèves qui ont fait cela, mais la présence des forces de sécurité m’a un peu inquiété, nous avons pu faire cours et jusqu’à aujourd’hui ça va.

Dans la ville de Banfora, les populations au lendemain des faits, continuent leurs occupations ; les personnes que nous avons rencontrées estiment qu’il n’y a pas de quoi à s’inquiéter et que ce sont des élèves qui sont à l’œuvre de telles pratiques.

Pour l’instant, les auteurs ne sont pas encore identifiés. Les forces de défenses et de sécurité ont été saisies de cette affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.