Burkina Faso : Le CES et l’ASCE-LC s’unissent contre la corruption

Le Conseil Economique et Social (CES), en partenariat avec l’Autorité Supérieure du Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption (ASCE-LC) a ouvert un forum, ce mardi 06 septembre à Ouagadougou. Du 6 au 8 septembre 2022, les échanges s’articuleront autour du thème « Lutte contre la corruption au Burkina Faso : Mécanisme pour une restauration des valeurs d’intégrité et de probité dans l’action administrative ». Les conclusions de ce forum contribueront à une lutte efficace contre la corruption au Burkina Faso.

Afin de parvenir à faire un point sur l’état de corruption au Burkina Faso et de discuter sur les apports des institutions qui luttent contre la corruption au Burkina Faso, le Conseil Economique et Social en partenariat avec l’Autorité Supérieure du Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption a pensé un cadre d’échanges. Durant trois jours, ils discuteront sur le thème « Lutte contre la corruption au Burkina Faso : Mécanisme pour une restauration des valeurs d’intégrité et de probité dans l’action administrative ».

Bonaventure Ouédraogo, président du CES, a expliqué qu’au sein des organisations, croissent plusieurs problèmes, mais les plus récurrents sont ceux qui mettent en exergue le manque d’intégrité, le manque de probité, le manque d’engagement des agents dans la conduite des missions que l’Etat leur confie.

« Quand on parle de corruption et surtout quand on s’intéresse aux valeurs de probité et d’intégrité, ce qui est important ce n’est pas la structure, ce n’est pas son fonctionnement. Vous savez l’administration, ce ne sont pas les bâtiments, ce n’est pas l’organisation. L’Etat et l’administration c’est avant tout des hommes qui ont en charge son animation, et des hommes qui sont chargés de conduire les missions de l’Etat afin de répondre à des préoccupations nationales », a développé le président du CES.

Bonaventure Ouédraogo, président du CES
Bonaventure Ouédraogo, président du CES

Avant la tenue de ce présent forum, Bonaventure Ouédraogo a précisé qu’un travail de recherche qui consiste en des missions sur le terrain dans certaines régions, des enquêtes et des collectes de données a été fait auparavant.

« Après l’état des lieux, on a mis à nu dans notre rapport, des problèmes récurrents que nous connaissons tels que la lenteur, la lourdeur administrative, les absentéismes qui sont chroniques dans beaucoup de nos administrations.

Ce travail nous permet de relever les incohérences dans les organisations et dans les attributions de certaines administrations, mais nous allons surtout mettre l’accent non pas sur l’organisation et le fonctionnement de l’administration mais sur les valeurs que doivent incarner les hommes qui sont chargés d’animer nos services publics pour que nous puisons atteindre des résultats », a-t-il précisé.

Philipe Nion, contrôleur général de l’Etat quant à lui a expliqué que le thème choisi est né au cours d’une visite de courtoisie au président du CES. Il a fait savoir que ce thème a pour objectif de présenter leur vision pour l’ASCE-LC pour les cinq années à venir. Une vision qui consiste à faire de l’ASCE-LC, une institution de référence résolument tournée vers la promotion de l’intégrité, la probité dans les services publics et privés

Philipe Nion, contrôleur général de l’état
Philipe Nion, contrôleur général de l’état

En plus de ce rapport introductif, cinq communications seront présentées par des personnes suffisamment aguerries. Il est attendu à la fin de ce forum, des solutions pour pouvoir instaurer de façon efficace des valeurs importantes comme la probité et l’intégrité dans l’action administrative.

Micheline OUEDRAOGO et Welly TAMBOURA (Stagiaires) 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.