Burkina Faso : la région du Sahel affiche le taux de succès le plus élevé au BEPC avec 53,37%

Le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN) a dressé un bilan à mi-chemin de l’organisation des examens scolaires session 2022 au Burkina Faso. C’était au cours d’un point de presse animé le vendredi 17 juin 2022 à Ouagadougou, par son Secrétaire général, Ibrahima Sanon. Le taux de réussite de l’ensemble de ces examens a connu une hausse par rapport à l’année dernière. La région du Sahel, en proie à l’insécurité, affiche le taux de succès le plus élevé avec 53,37% à l’examen du BEPC.

Par Daouda Kiekieta

La région du Sahel, épicentre de la crise sécuritaire au Burkina Faso, résiste tant bien que mal aux épreuves du moment.

Aux examens scolaires session 2022, la région vient en tête avec un taux de 53, 37% sur plus 2 700 candidats au Brevet d’Études du primaire du premier cycle (BEPC).

Selon le Secrétaire général du ministère, Ibrahima Sanon, le bilan général pourrait mieux situer les raisons de ce fort taux de succès. Toutefois, il confie que « malgré l’insécurité dans la région, les cours se sont déroulées normalement, les enseignements ont été correctement dispensés et les enseignants ont donné le meilleur d’eux-mêmes».

« C’est vrai que nous avons des écoles fermées dans certaines zones et des élèves n’ont pas pu composer. Mais par rapport aux candidats qui ont pris part aux examens, la région Sahel enregistre le meilleur taux de succès», ajoute M. Sanon.

Sur le plan national, pour la session 2022, il ressort un taux de succès de 41,62℅ sur un total 260 058 candidats au BEPC contre 27, 74 % de succès en 2021.

La région du Centre-Nord réalise le taux de succès le moins performant avec 37,89%.

Au Brevet d’études professionnelles (BEP), on note un taux de succès de 54,81 % et 77,47% pour le Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP).
Les résultats du Certificat d’études primaires (CEP) ne sont pas encore disponibles.

Par ailleurs, « quelques rares cas de retard de démarrage des opérations de correction au CEP ont été enregistrés. Mais les opérations de corrections sont achevées et les jurys sont en train de délibérer», a souligné le SG du MENAPLN.

Il a ajouté que les élèves déplacés à cause de l’insécurité ont pu prendre part, «sans problème», aux différents examens scolaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.