Burkina Faso : Kemi Seba mobilise des chefs coutumiers à son meeting « anti-impérialiste » à Ouagadougou

Si le meeting « anticolonialiste » et « anti-impérialiste » de l’activiste franco-béninois Kemi Seba a été surtout marqué par l’expulsion de la journaliste de TV5 Monde Fanny Noaro-Kabré, il y a aussi la présence des chefs coutumiers dans une mobilisation anti-impérialiste le samedi 14 mai 2022 à Ouagadougou. Plusieurs chefs coutumiers ont pris royalement place au-devant de la scène à la maison du peuple.

Par Nicolas Bazié

C’est un meeting organisé sous l’égide du panafricaniste Kemi Seba et ses sympathisants pour dénoncer, disent-ils « l’impérialisme » et le « néocolonialisme » en Afrique en général et en particulier au Burkina Faso.

Avant l’arrivée du leader panafricain de l’ONG Urgence Panafricaniste, Kemi Seba dans la grande salle de la maison du peuple samedi soir, des chefs coutumiers, ont fait leur apparition. Très bien installés, ils n’existaient que par leurs bonnets aux couleurs rouge à ce meeting.

Ceux-ci qui n’avaient jamais été présents à des meetings pareils, ont fait leur apparition pour la première fois. On avait l’habitude de voir des chefs coutumiers dans des meetings des partis politiques, des organisations de la société civile sur des questions d’actualité nationale. Mais, un chef coutumier, « figure emblématique de la promotion du vivre ensemble ou de la cohésion sociale », venir, assister à une activité anti-impérialiste, c’est tout de même nouveau.

Qui a bien pu mobiliser ces chefs coutumiers ? Personne ne le sait. Ces chefs coutumiers sont-ils d’accord avec le combat de Kemi Seba ? On ne le saura certainement pas. Dans tous les cas, ils ont passé leur temps à applaudir Kemi Seba, lors de son intervention. Intervention dans laquelle il a aussi fustigé la présence des basses militaires françaises en Afrique, notamment dans le Sahel.

Avant même que Kemi Seba ne prenne la parole, un chef coutumier a été invité à s’exprimer. Visiblement bien inspiré, il laisse entendre à la fin de son message : « A bas la France !». Les cris et les applaudissements des manifestants ne se sont pas faits attendre. C’est peut-être une manière de dire que « le chef a bien parlé ».

A noter que c’est sous le nez et la barbe de ces chefs coutumiers présents à la cérémonie, que la correspondante de la télévision française TV5 Monde, Fanny Noaro-Kabré (burkinabè par alliance) a été expulsée de la salle par des manifestants, sous les ordres de Kemi Seba.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.