Tchad: Idriss Déby dans ses habits de maréchal le jour des 60 ans de l’indépendance

Le chef de l’Etat tchadien Idriss Itno a été élevé ce mardi 11 Août 2020 au rang de maréchal, ultime niveau de la hiérarchie militaire en ce jour des 60 ans de l’indépendance du Tchad. L’hémicycle tchadien a abrité cette cérémonie tout à fait inédite.  Les députés tchadiens avaient attribué à Idriss Déby en juin 2020 cette distinction qui continue d’alimenter la polémique dans le pays.

Le Président Tchadien, Idriss Déby Itno a été élevé au rang de maréchal par les parlementaires de la majorité ainsi qu’une partie de l’opposition.

Ses premiers mots après son intronisation ont été des mots de gratitude au peuple tchadien pour la confiance et dédier cette distinction à tous ses frères d’armes, officiers et soldats qui paient de leur vie pour libérer le Tchad et assurer la paix et la sécurité de leurs concitoyens. « J’ai accepté ce titre de Maréchal pour récompenser leur vaillance et leur sacrifice. Je voudrais dire à tous ces hommes et femmes que je porte seul les attributs du Maréchal, mais les porte en leurs noms, morts, à la retraite ou jeunes », a déclaré le Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno.

Les cadres du parti au pouvoir ont dit leur un sentiment de « satisfaction » qui est partagé pour cette « reconnaissance nationale » à Idriss Déby Itno.

« Les députés, élus du peuple, jettent un regard rétrospectif sur ce qui a été accompli en 60 ans et ils ont identifié un des enfants du pays qui a consacré le plus clair de son temps à défendre l’intégrité du Tchad, la sécurité de nos concitoyens, donc ils ont décidé de l’élever à la dignité de maréchal le jour des 60 ans de notre pays. C’est symbolique, pour lui dire : nous sommes fiers de votre engagement pour assurer l’intégrité de notre territoire et la défense de nos concitoyens », a confié Jean-Bernard Padaré, porte-parole du parti au pouvoir, le Mouvement patriotique du salut, MPS.

Pendant ce temps, l’opposition dénonce une « dérive  dictatoriale » du Chef de l’Etat et du régime qu’il incarne. « C’est un crime national que de faire coïncider cet événement avec l’anniversaire de notre indépendance. Le mode de fonctionnement que nous connaissons va faire en sorte que chaque année, on va plutôt privilégier le maréchalat et donc on va reléguer le 11 août 1960 aux calendes grecques. C’est irresponsable et personne ne peut l’accepter », a estimé l’opposant Saleh Kebzabo, président de l’Union nationale pour la démocratie et le renouveau (UNDR), déplorant surtout que cette cérémonie se tienne le même jour que la commémoration des 60 ans de l’indépendance du pays.

« C’est un crime national que de faire coïncider cet événement avec l’anniversaire de notre indépendance. Le mode de fonctionnement que nous connaissons va faire en sorte que, chaque année, on va plutôt privilégier le maréchalat et donc on va reléguer le 11 août 1960 aux calendes grecques. C’est irresponsable et personne ne peut l’accepter», a-t-il tranché.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI

Related posts

Leave a Comment