Symposium scientifique international : La 3e édition se penche sur la gestion durable des terres

La 3e édition du symposium scientifique international se tiendra du 17 au 21 mai 2021, au sein de l’Université virtuelle sise à Ouaga 2000. C’est l’information qui a été donnée au cours d’une conférence de presse animée le samedi 15 mai 2021 à Ouagadougou par les organisateurs. C’est un symposium qui sera organisé par plusieurs structures de recherche dans le domaine. Il s’agit notamment de la Société de la science du sol du Burkina Faso (SSSBF), l’Académie nationale des sciences, des arts et des lettres du Burkina Faso (ANSAL-BF) et le Comité permanent inter-états de la lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS).

« Accès aux intrants, innovations et matériels agricoles pour une gestion durable des terres : quels défis pour les petits producteurs d’Afrique ? ». C’est le thème sur lequel les chercheurs se pencheront cette année à la 3e édition du symposium scientifique international. Pendant cinq jours (du 17 au 21 mai 2021), chercheurs, décideurs politiques, agents du développement, organisations de producteurs et prestataires privés du Burkina et d’ailleurs discuteront de la gestion durable des terres afin de présenter les potentialités existantes en la matière, les résultats des recherches et leurs contributions. Selon le président du comité d’organisation et ancien ministre en charge de l’Agriculture, Issa M. Bikienga, environ 250 participants sont attendus à ce symposium international.

Issa Martin Bikienga, président du comité d’organisation et ancien ministre de l’Agriculture.

De façon spécifique, ce symposium vise à capitaliser, entre autres, les nouvelles informations aussi bien scientifiques que politiques en matière de gestion durable des terres en Afrique, échanger avec les acteurs de terrain sur les contraintes de mise en œuvre des programmes et initiatives. Outre ces objectifs spécifiques, il sera également question d’identifier les mécanismes facilitant l’accès aux intrants, les innovations agricoles en matière de Gestion durable des terres (GDT). Enfin, identifier les mécanismes pouvant aboutir à l’implantation d’un réseau de référence, notamment la mise en place d’un centre d’excellence sur la GDT.

Quatre colloques thématiques et quatre tables rondes

Durant ces cinq jours de symposium, il est prévu quatre colloques thématiques et quatre tables rondes. Pour le président du comité d’organisation, il y aura en effet des colloques thématiques sur la récupération des terres dégradées et la mécanisation agricole, la fertilisation et la fertilité des sols, la pollution des sols et enfin les aspects économiques de la dégradation des terres.

Vue des journalistes.

Pour ce qui concerne les tables rondes, elles vont concerner, entre autres, le foncier rural et la GDT, la production, la commercialisation et la distribution des intrants et du matériel agricole ainsi que l’agroécologie. Des colloques et des tables rondes qui, selon l’ancien ministre de l’Agriculture, permettront de proposer des solutions idoines pour faire face à la vitesse à laquelle la dégradation des terres est enregistrée.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment