Symposium national de l’industrie au Burkina Faso : Le bilan jugé positif

Le Ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat Harouna Kaboré a présidé la rencontre bilan du Symposium national sur l’industrie les 28 et 29 janvier 2021 à Bobo-Dioulasso. Lancé en 2018 avec 49 recommandations, le bilan de la mise en œuvre de cette stratégie de développement économique a déjà engrangé 40 points effectifs et 7 en cours de réalisation.

Comment construire les bases de la redynamisation de l’économie burkinabè ? Cette préoccupation avait conduit le Ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat à l’organisation d’un « Symposium national sur l’industrie » en 2018 à Bobo-Dioulasso. Trois ans plus tard, les acteurs enregistrent un bilan « satisfaisant ». Sur 49 recommandations formulées, quarante ont été réalisées et sept sont en cours de réalisation. Soit seulement deux points non réalisés en plus des nouveaux éléments survenus plus tard comme l’impact de la maladie à coronavirus.

Engagement politique

Mais avant tout, le Ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat Harouna Kaboré remercie l’engagement politique qui s’est tout de suite manifesté autour de cette politique de développement.

Harouna Kaboré, MICAHarouna Kaboré, le ministre de l’industrie

Notamment par le changement de dénomination de son département qui traduit « une option claire sur la priorité accordée à l’industrialisation dans notre pays, afin d’opérer la transformation structurelle de l’économie, conformément aux orientations du président du Faso ».

Les nouvelles orientations

A l’issue des 48 heures d’évaluation placée sous le thème « Mise en œuvre des recommandations issues du symposium national sur l’industrie 2018, état de mise en œuvre, bilan et perspectives pour une industrialisation réussie du Burkina Faso », de nouvelles orientations ont été définies.

Entre autres, « la relecture  de la loi d’orientation sur l’investissement, la création des incubateurs spécialisés dans les universités, la mise en place au sein de l’AFP-PME d’un fonds de garantie au profit des entreprises artisanales et la mise à contribution de la Société d’accompagnement et de Financement des Entreprises (SAFINE sa) pour le financement des PMI ».

« Nous pouvons nous réjouir »

Le President de la CCI/BF des Hauts-Bassins Lassiné Diawara
Le Président de la CCI/BF des Hauts-Bassins Lassiné Diawara

Le président de la délégation consulaire de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI/BF) de la région des Hauts-Bassins Lassiné Diawara invite à la levée des « goulots d’étranglement » qui limitent l’accès aux crédits.

Toutefois, il apprécie les succès déjà engrangés. « Nous pouvons nous réjouir d’être sur la bonne voie », reconnait-il.

Un travail d’équipe

Tout comme lui, le Ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat Harouna Kaboré félicite les « avancées majeures » en vue de résorber les difficultés rencontrées par le secteur économique.

Pour lui, les prouesses futures tout comme celles déjà réussies sont les mérites de tous. « Il n’y a pas de héros solitaire, c’est ensemble que nous allons réussir », juge-t-il.

Vue des participants

En rappel, les quarante-neuf recommandations du symposium de 2018 étaient réparties en quatre thématiques liées respectivement au cadre et règlementaire,  au financement et au renforcement des capacités, aux facteurs de production (énergie et infrastructures de soutien à l’industrie) et à la gouvernance économique et le système d’information.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Related posts

Leave a Comment