Stratégie nationale genre : Un plan Marshall de 50 milliards de FCFA pour sa mise en œuvre

Le ministère de la Femme a organisé, ce jeudi 28 janvier 2021 à Ouagadougou, une table ronde de ses partenaires techniques et financiers pour présenter la Stratégie nationale genre (SNG) et son plan d’actions opérationnel (2020-2022). C’était aussi une occasion pour susciter leur engagement pour accompagner techniquement et financièrement la mise en œuvre de ces référentiels. Evalué à 50 milliards de F CFA, la SNG sera mise en œuvre sur la période 2020-2024.

Dans le but de réduire les inégalité et disparités de genre et favoriser l’instauration d’une justice sociale et un développement équitable, le gouvernement burkinabè a élaboré et adopté en 2009 la Politique nationale genre (PNG). Après une décennie de mise en œuvre, elle a fait l’objet d’une évaluation finale en 2019. Les résultats de cette évaluation ont révélé qu’en dépit des avancées notables enregistrées dans les secteurs de base et dans une certaine mesure dans l’accès des hommes et des femmes aux facteurs de production et aux services de soins de santé, les inégalités entre les deux sexes existent toujours.

Des acteurs œuvrant dans la promotion du genre.

Tirant leçon de cette évaluation, une Stratégie nationale genre (SNG) quinquennale (2020-2024), assortie d’un plan d’actions triennal (2020-2022), a été élaborée et adoptée le 13 janvier 2021 en vue de pérenniser les acquis et relever les principaux défis. Ce nouveau référentiel qui se veut inclusif a été élaboré de manière participative avec tous les partenaires et les membres de la commission nationale pour la promotion du genre.

« Le genre nécessite beaucoup d’attention et d’argent », selon la ministre de la Femme, Marie Laurence Ilboudo/Marshall.

Le nerf de la guerre

Cependant, « l’argent est le nerf de la guerre ». C’est pourquoi, le département de la femme a initié une rencontre avec ses partenaires techniques et financiers (PTF), ce jeudi 28 janvier 2021 à Ouagadougou. « Il était bon aujourd’hui que les PTF et tout l’ensemble des acteurs œuvrant dans la promotion du genre s’approprient ce nouveau référentiel. Ce qui est primordial c’est de pouvoir mobiliser tous les acteurs autour de ce référentiel et mobiliser les ressources financières. Parce que nous avons vu que le premier frein à la mise en œuvre de la PNG était l’insuffisance des ressources », a déclaré la ministre de la Femme, Marie Laurence Ilboudo/Marshall. En outre, elle a souligné l’implication du gouvernement aux côtés des PTF pour mobiliser les ressources autour de ce référentiel national. « Nous allons travailler ensemble pour que les femmes du Burkina Faso se sentent plus protégées et aient un épanouissement complet », a-t-elle promis.

Les PTF résolument engagés à accompagner la mise en œuvre de la SNG.

Un montant ambitieux

Les PTF qui travaillent sur le genre sont réunis au sein du cadre de concertation du genre, un sous groupe des cadres de discussions formelles avec le gouvernement. La mission de ce cadre, c’est d’être aux côtés du gouvernement notamment de la ministre de la Femme qui a le mandat principal sur le sujet, a indiqué la représentante des PTF, Elsa Kontziger, par ailleurs cheffe de projet à la Coopération allemande de développement (GIZ).

Concernant l’objectif de la présente rencontre, ajoute-t-elle, c’est de faire en sorte que les différents PTF s’engagent à contribuer au budget global de la SNG. 50 milliards de F CFA, c’est le budget prévisionnel du référentiel national. C’est un montant ambitieux mais la ministre de la Femme peut compter sur ces PTF. « Je serai à ses côtés. Elle le sait. Maintenant la garantie qu’on va arriver à lever les 50 milliards de F CFA, on va voir. On va beaucoup travailler dans ce sens. La motivation est là, la coopération est déjà excellente », rassure Mme Kontziger. Elle en a profité pour féliciter la ministre de la Femme pour sa reconduction à la tête du ministère.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment