Situation nationale : La Coalition contre la vie chère qualifie de « hasardeuse », la gestion du Covid-19

La Coalition de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC), coordination de la ville de Ouagadougou, a animé un point de presse, ce mercredi 29 avril 2020. L’objectif était de se prononcer sur la situation nationale marquée entre autres par le Covid-19 et la vie chère. La coalition a qualifié de « hasardeuse », la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement. Cette situation, selon les conférenciers, contribue à dégrader les conditions de vie des populations.

La gestion de la crise sanitaire du Covid-19, la question sécuritaire et la vie chère. Ce sont les trois points qui étaient inscrits à l’ordre du jour de cette conférence de presse de la Coalition de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC), coordination de la ville de Ouagadougou.

D’entrée de jeu, la coalition a fustigé la gestion qualifiée de « hasardeuse » des crises que traverse le pays. La crise du Covid-19, aux dires des conférenciers, a étalé au grand jour le dénuement total du système de santé au Burkina. L’état désastreux des hôpitaux a été plusieurs fois dénoncé par les syndicats de la santé, à travers des luttes multiples pour l’amélioration des conditions de travail et de la qualité du matériel.

Dominique Yaméogo de la CCVC de Ouagadougou

Pour Dominique Yaméogo, responsable de la CCVC de Ouagadougou, les mesures d’accompagnement dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 sont en deçà des besoins des populations. Il estime que la mise en quarantaine de certaines villes du pays et la fermeture des marchés ont été décrétées sans de véritables mesures d’accompagnement pour les populations vulnérables du secteur informel.

C’est ce qui justifie le ras-le-bol des commerçants de Ouagadougou. « Les mesures sociales annoncées pour pallier la morosité économique vécue par les populations s’avèrent insuffisantes et inadaptées, car beaucoup de quartiers (…) n’ont accès à l’eau que tard la nuit, et en sont privés à cause du couvre-feu », a relevé M. Yaméogo.

Des journalistes lors de la rencontre

Ce « tâtonnement », selon la coalition, prouve que le pouvoir actuel et ses alliés sont incapables d’apporter des réponses à la vie chère. Et en lieu et place de solutions appropriées, les dirigeants organisent impunément le pillage éhonté des richesses.

Ainsi, la CCVC exige du gouvernement, la prise de mesures nécessaires pour assurer la fourniture d’eau et d’électricité à toute la population, la prise en charge correcte des agents de santé, la mise à la disposition des populations de produits de première nécessité à des coûts accessibles, etc.

Toutefois, la CCVC de la ville de Ouagadougou invite les populations à prendre au sérieux la pandémie du Covid-19 et à respecter les mesures prescrites par les services de santé.

O.I.
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment