Santé : Vingt gynécologues-obstétriciens prêts à servir

La 16e promotion de gynécologues-obstétriciens entièrement formés au Burkina Faso a effectué sa sortie ce jeudi 28 janvier 2021, à l’Université Joseph Ki-Zerbo. C’était en présence du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Alkassoum Maïga.

Ils sont 20 médecins venus du Bénin, du Cameroun, du Mali, mais aussi du Burkina pour se former durant quatre ans en gynécologie-obstétrique à l’UFR/SDS de l’Université Joseph Ki-Zerbo. En plus de la formation théorique, ils ont bénéficié d’une formation pratique dans les différents centres hospitaliers universitaires et certains centres hospitaliers régionaux du Burkina. Ce 28 janvier 2021, ils reçoivent leurs parchemins de fin de formation : le diplôme d’études spécialisées (DES) en gynécologie-obstétrique. Désormais, ils sont aptes à prendre en charge la santé de la femme.

Ils sont 20 gynécologues-obstétriciens formés pour renforcer les systèmes de santé de leurs pays respectifs.

« Nous sommes très contents en ce jour solennel qui consacre notre sortie. Après quatre années de longues études avec beaucoup de stress, ce n’est pas simple. On pourrait le comparer à un travail d’accouchement qui peut prendre du temps, mais quand le bébé nait, au premier cri du bébé, la joie qui remplit tous les prestataires, on ne peut pas la décrire. C’est cette joie qui nous remplit et nous ne pouvons que dire merci à nos familles qui sont venues nous soutenir en ce jour (…) Nous nous engageons à être au service de la population, car c’est pour cela que nous avons été formés », s’est exprimé Dr Jacques Gilbert Kafando, délégué de la promotion.

Une lauréate recevant son diplôme des mains du ministre de l’Enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga

Pour réussir au mieux leur mission, le parrain scientifique de la promotion, Pr Blami Dao a invité ses filleuls à cultiver le savoir, le savoir-faire et le savoir-être. Il s’agit pour eux, de travailler à toujours maintenir à jour leurs connaissances, parce que la science ne cesse d’évoluer, de choisir une niche où exceller, de respecter la confidentialité et avoir un esprit de confraternité et surtout toujours se rappeler qu’ils sont au service des patientes.

Dr Jacques Gilbert Kafando, délégué de la promotion

239 spécialistes en gynécologie-obstétrique de plusieurs pays formés en 19 ans

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Alkassoum Maïga, a salué, quant à lui, « une offre de formation qui est en phase avec l’engagement du président du Faso, qui a pris la décision de faire de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique une priorité. » Il ajoute par ailleurs que dans le cadre du PNDES, l’accent doit être mis sur la transformation structurelle de l’économie.

Photo de famille

Mais comme il le reconnait, « la clé de la transformation réside dans la mise à disposition de capital humain compétent, bien formé et consciencieux. » « Aujourd’hui l’université Joseph Ki-Zerbo à travers l’UFR/SDS nous donne ces 20 spécialistes. Le premier mot qui me vient à l’esprit c’est bravo et félicitations, parce que ça nous permettra de prendre en charge la santé de nos populations et surtout de faire en sorte qu’on ait des gens en bonne santé et déterminés à engager le combat contre le sous-développement », a indiqué le ministre Maïga.

Pr Blandine Thiéba, coordonnatrice du DES en gynécologie-obstétrique, a rappelé que c’est en 2000 qu’a été conçu le DES, puis les cours ont effectivement débuté en 2002. En 19 ans, ce sont 239 spécialistes en gynécologie-obstétrique de plusieurs pays dont l’Algérie, les Comores, le Tchad, le Sénégal, le Bénin, le Mali, etc. qui ont été formés au Burkina Faso.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment