Salon régional de l’artisanat (SARA) : Clôture de la 3e édition

La 3e édition du Salon régional de l’artisanat (SARA) a refermé ses portes ce jeudi 28 octobre 2021 à Ziniaré. Il avait débuté ce 22 octobre 2021. Le SARA est un débouché du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO).

Louise Anne Go s’est dit satisfaite de cette 3e édition du SARA

Le SARA acte 3 est clos. Du 22 au 28 octobre 2021, un espace dédié à l’artisanat a battu son plein dans le Plateau-central, plus précisément à Ziniaré. Ce sont 187 stands et 561 exposants qui ont été enregistrés. Un succès pour la ministre déléguée, chargée de l’artisanat, Louise Anne Go. Dans les prévisions, il était envisagé 100 stands et 300 exposants. Les pronostics ont été déjoués. « Ce salon a été un plein succès. J’aurai eu l’information que les artisans qui sont venus, la plupart d’entre eux ont réussi à écouler la totalité de leur produit. D’autres sont rentrés chez eux avant la fin de la cérémonie », a-t-elle indiqué.

Des artisans ont reçu des prix pour la qualité de leur travail

Le SARA, c’est aussi un concours pour récompenser les artisans qui se sont démarqués par la qualité des produits proposés. Il s’agit de prix officiels et ceux spéciaux. Ils vont de 100 à 500 000 francs CFA. En plus des lots numéraires, les bénéficiaires des prix officiels bénéficieront chacun d’un stand avec climatisation lors du SIAO 2022. Ces lots sont d’une valeur globale de 5 100 000 de francs CFA.

Ce sont 187 stands et 561 exposants qui ont été enregistrés

Maximiser sur la qualité

R. Soulemane Ouédraogo est couturier de profession et est l’un des lauréats des prix du SARA. Il s’est dit ravi de la tenue de ce salon régional et de sa récompense. Le couturier a encouragé les initiateurs de l’évènement. Toutefois, il a émis des doléances. Pour les prochaines éditions, il voudrait qu’il y ait plus de mobilisation. « Les gens ne se sont pas mobilisés comme il le fallait. Les populations doivent aider les artisans en venant à ce genre de manifestions », s’est-il exprimé. Concernant ceux qui sont rentrés bredouilles en estimant qu’il y a eu un manque de communication sur l’évènement, la ministre répond.

R. Soulemane Ouédraogo est couturier de profession

« Il faut reconnaître que nous sommes dans une situation d’insécurité et de covid-19. Cela fait que les populations ont cette crainte de se déplacer pour aller à certains endroits. Pour ceux qui n’ont pas pu écouler leur produit, cela peut être dû à la qualité. C’est pourquoi je disais que pour pouvoir vendre ses produits il faut qu’ils soient de qualité. Ceux qui n’ont pas réussi à écouler leur produit, il faudrait qu’ils mettent l’accent sur la qualité pour pouvoir aller de l’avant », s’est-elle justifiée. Cette édition a été placée sous le thème ‘’Développement de l’artisanat dans les régions, facteur de résilience des populations, de création d’emplois et de revenus ’’.

Cette cérémonie a été ponctuée par des prestations artistiques

Le SARA se présente comme un ‘’mini SIAO’’. Il se fait de manière tournante dans les différentes chefs-lieux des régions du Burkina Faso. La précédente édition s’était tenue à Kaya. Des artisans venus de tout le pays se réunissent pour exposer leur produit et se faire un carnet d’adresses.

SB
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment