Relevé bimestriel de l’ONEA : Vers l’adoption d’un nouveau scénario

L’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) a tenu un atelier de restitution les 14 et 15 avril 2021 à Koudougou, dans le Centre-Ouest. Il s’est agi de faire le point des plaintes liées à la facturation et proposer un scénario de facturation consensuelle.

Le Relevé bimestriel (RBM). Ce nouveau système de facturation de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) suscite encore de l’incompréhension au sein de la population. La nationale de l’eau peine à convaincre les consommateurs de cette « innovation ». Ainsi, il a entrepris des démarches pour faire épouser son concept instauré en 2020.

Les 14 et 15 avril 2021, l’ONEA a tenu un atelier pour fédérer les parties intéressées par la facturation. Elles sont une soixantaine à cet atelier. Pour les organisateurs, l’objectif est de mieux expliquer les motivations de la mise en œuvre du relevé bimestriel et son principe ; faire le point des plaintes liées à la facturation et faire le bilan de la mise en œuvre du RBM un an après et amener les participants à être un relai d’information auprès de la population.

Réunis autour du thème « Le relevé bimestriel (RBM), perspectives pour améliorer la satisfaction des clients », l’ONEA et ses partenaires sociaux ont retenu le troisième et dernier scénario proposé au cours des travaux. L’alternative jugée crédible est : « RBM avec la consommation repartie sur deux mois ».

Les participants ont proposé une feuille de route pour améliorer de satisfaction des clients ONEA.

Selon les explications du directeur général de l’ONEA, Frédéric François Kaboré, les indexes seront relevés une fois chaque deux mois, diviser cette consommation par deux et remettre les deux factures en même temps. Les dates limites pour les payements seront différentes également.

Avoir la confiance des clients

A en croire les responsables de l’ONEA, le nouveau scénario, s’il est validé, il aura beaucoup d’avantages. Frédéric François Kaboré pointe du doigt la confiance des clients qui sera restaurée. « Nous allons accompagner cela par une fiabilisation des relevés avec des appareils plus conséquents qui vont nous permettre de donner confiance aux clients. Nous allons passer par des systèmes qui consistent à venir photographier le compteur avec son indexe », a-t-il déclaré.

Le directeur général de l’ONEA, Frédéric François Kaboré (au micro).

Du côté des participants, cet atelier leur a permis de mieux comprendre le RBM. Pour Madi Ouédraogo, membre de la coordination nationale de Balai Citoyen, cette initiative de l’ONEA est la bienvenue. Toutefois, il reste droit dans ses bottes. « La position du Balai est claire parce qu’avant cet atelier, nous avons eu des approches avec les responsables de l’ONEA, donc nous leur avons signifié clairement qu’il fallait travailler pour résoudre ce problème ».

Quant à Pascal Zaïda de la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB), les questions techniques sont difficiles à comprendre, c’est pourquoi il propose de maximiser sur la communication. « Nous avons proposé deux scénario : suspendre la facturation bimestriel ou revoir cette facturation, surtout la tranche sociale », a-t-il indiqué.

Pascal Zaïda souhaite que d’autres sociétés d’Etat communiquent comme l’ONEA.

Ce scénario sera soumis aux autorités pour validation, ont indiqué les responsables de l’ONEA. Pendant ce temps, un plan d’action sera élaboré pour la mise en œuvre des conclusions de l’atelier, « selon ce que l’autorité va décider », a promis le directeur général de l’ONEA.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment