Réconciliation nationale : Zéphirin Diabré prend le pouls de la situation du secteur privé à la Chambre du commerce

Dans le cadre de ses concertations pour la réconciliation nationale, le ministre d’Etat, ministre auprès du président du Faso, chargé de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale, Zéphirin Diabré, a échangé avec le président de la Chambre de commerce et les membres du bureau consulaire, ce lundi 17 mai 2021.

Pour le ministre d’Etat, ministre auprès du président du Faso, chargé de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale, Zéphirin Diabré, c’est une « visite de courtoisie » qui s’inscrit dans la dynamique de concertations auprès des personnes et organisations ressources sur la question de la réconciliation. Selon le ministre d’Etat, la visite permet également d’expliquer au président Mahamadi Sawadogo les missions que lui a confiées le président du Faso.

Le secteur privé, dira-t-il, est le moteur de la croissance, car c’est l’initiative privée qui fait avancer un pays. Aussi, l’Etat doit créer un environnement qui permet à ce secteur de jouer sa partition. La question de la réconciliation implique la participation des fils et filles de la nation, car elle permet de tourner la page sur les problèmes qui les ont divisés et réussit à construire un pays qui fait bon vivre, a précisé le ministre d’Etat Zéphirin Diabré.

Quelques membres du bureau consulaire présents à l’audience

Les difficultés vécues par le secteur privé à travers les épisodes politiques tumultueux que le Burkina Faso a connus nécessitent une prise en charge du gouvernement des forces vives des créations de richesses, a déclaré le ministre en charge de la Réconciliation nationale. Pour chacune des questions relatives à la fois au besoin d’indemnisation ou de réparation, qu’il s’agisse de tumultes liés aux mutineries ou à l’insurrection, il a assuré ses interlocuteurs que les dispositions seront prises pour leurs résolutions à travers les schémas et les démarches qui sont seront adoptés.

Les deux personnalités durant l’audience

L’audience a également permis au ministre d’Etat, ministre auprès du président du Faso, chargé de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale, Zéphirin Diabré, d’expliquer le schéma global de la réconciliation. Un schéma qui s’articule autour de quatre axes qui sont l’élaboration d’une stratégie nationale de la réconciliation, une sur la cohésion sociale, une sur la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent et une sur le nouveau pact du vivre-ensemble. Ces différents documents, a relevé Zéphirin Diabré, seront adoptés au cours d’un forum national qui se tiendra dans les meilleurs délais durant l’année 2021.

Le ministre d’Etat Zéphirin Diabré lors de son intervention

Intervenant au nom du président de la Chambre de commerce et du bureau consulaire, le 1er vice-président, Mahamadi Sanoh, tout en souhaitant la bienvenue au ministre d’Etat, l’a félicité et encouragé pour sa mission très délicate, mais noble, dira-t-il, tant les Burkinabè se sont éloignés les uns des autres ces dernières années et beaucoup sont ceux qui sont frustrés de n’avoir pas été entendus.

Les attentes sont nombreuses à tous les niveaux, dira le vice-président. En effet, selon Mahamadi Sanoh, le secteur privé n’a pas été épargné par les évènements socio-politiques qui ont eu un impact sur le monde des affaires. Ces différents évènements, relèvera-t-il, ont occasionné la destruction des installations de productions et de biens immobiliers, le vol et le pillage de marchandises et de stocks de produits finis et semi-finis, la destruction de matériel roulant d’exploitation, voire la destruction de résidences privées de chefs d’entreprises.

Le vice-président, Mahamadou Sanoh, durant son allocution

Ainsi, il précisera, pour les évènements de 2014/2015, le bilan de la Chambre de commerce fait état de 126 entreprises directement touchées dans les villes comme Ouagadougou, Bobo, Koudougou, Ouahigouya, Fada et Tenkodogo. Le coût global des pertes est évalué à 66,7 milliards de FCFA et 7000 emplois directs et indirects perdus, entrainant près d’un million personnes touchées.

Aussi, tout en rassurant le ministre d’Etat de la disponibilité et l’accompagnement de son institution pour la réussite de sa mission, particulièrement pour la résolution des dossiers des sinistres subis par le secteur privé, il l’espère que la visite à la Chambre de commerce ouvre l’espoir de la prise en compte des préoccupations du secteur privé dans le processus de réconciliation nationale et de cohésion sociale car, dira-t-il, « c’est ensemble, main dans la main, que nous construirons un Burkina Faso plus prospère pour l’épanouissement de tous les Burkinabè ».

J.E.Z.
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment