Réconciliation nationale : Plus de 5000 travailleurs déflatés demandent la restitution de leurs droits

Le ministre de la réconciliation nationale a rencontrer l’association nationale des travailleurs déflatés dans la matinée de ce vendredi 14 mai 2021 pour écouter et recueillir les différentes préoccupations après les liquidations abusives de leurs sociétés. Au terme de la rencontre, le ministre a affirmé qu’un suivi du dossier sera fait.

Ce sont en tout 43 sociétés d’État œuvrant dans différents domaines, qui ont été fermées entre les années 1970 à 2000 et 2002. La conséquence immédiate a été le licenciement de 7 281 travailleurs. Sur cet ensemble, 2031 décès ont été enregistrés.

Pour le président de l’association nationale des travailleurs déflatés (ANTD), l’association est venue faire part de leur préoccupations au ministre de la réconciliation, afin que ce dernier accélère le traitement de leur dossier déposé au HCRUN en vue de la restitution de leurs droits. « Nous sommes venus rencontrer le ministre d’État afin qu’il pèse de tout son poids pour que les travailleurs déflatés rentrent dans leurs droits. Nous attendons très rapidement parce qu’il y a des situations très difficiles que les déflatés ont subi depuis pratiquement 20 ans ». A expliqué le Karim Niakara, président de l’ANTD.

Les différents responsables de ces sociétés ont présenté à Zephirin Diabre, au cours de la rencontre, les conséquences qui s’en sont suivis après les différentes liquidations. Des décès, des suicides, des divorces, des enfants déscolarisés. C’est le sombre dessins qui a été dépeint. Pour ces travailleurs déflatés, ce fut des liquidations qui ont été faites sans préavis pour la majorité des entreprises.

A cela s’ajoute le non paiement des indemnités de liquidation et des injustices dans le non paiement des pensions, qui ont été relevé par les différents responsables.

Le cabinet de Eddie Komboïgo impliqué dans la liquidation d’une société

Parmi les liquidateurs de sociétés, le nom de l’actuel chef de fil de l’opposition a refait surface, dans la liquidation de la société SAVANA. En effet selon les propos de l’ex chef du personnel, chargée du contentieux et du recouvrement, madame Nassa, le cabinet de Eddie Komboïgo et d’un autre particulier avaient été saisie pour la liquidation de la SAVANA. « Comment le travail s’est passé, je ne sais pas ; je n’ai pas coopéré avec eux. Je sais que c’est eux qui ont vraiment liquidé les biens de la société, qui ont vendu ce qu’ils pouvaient vendre, et par la suite, ils ont désintéressé certains créanciers de la SAVANA » a-t-elle expliqué. Cependant Pour elle, le non fonctionnement de la société est une perte pour le pays.

Des propos de certains représentants, les sociétés n’ont pas été liquidée parce qu’elles étaient en faillite, c’est le fait de la privatisation. C’est ce qu’a soulevé Hubert Bougayiré, ex travailleur de l’imprimerie nationale du Burkina.

Les demandes et souhaits à ce que le ministre jette un coup d’œil aux dossiers ont été formulés. Elles sont le plus axées sur les payements d’indemnités de liquidation, la restauration d’un minimum de dignité pour ceux qui sont en vie et les ayant droit de ceux décédés.

Pour sa part, Zephirin Diabré a affirmé que le dossier sera suivi pour en savoir davantage sur les détails, et une accélération du processus.

 

Alex SOME

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment