Ramadan 2021 : La paix souhaitée pour le Burkina Faso

Après 30 jours de jeûne, les musulmans se sont retrouvés ce jeudi 13 mai 2021 à la place de la nation de la capitale Burkinabè pour la prière entrant dans le cadre de la célébration de la fête du Ramadan. Une aubaine pour eux de rendre grâce à Dieu pour avoir accompli ces jours de pénitence, de prières, du pardon et du partage. Quelques autorités gouvernementales, coutumières et religieuses étaient également de la partie.

Les fidèles musulmans, venus de toutes part et vêtus de leurs plus beaux habits ont envahi la place de la nation de Ouagadougou. Après la prière collective, place au serment. El hadji Abdallah Ouédraogo ayant dirigé la prière a formulé des souhaits pour la paix au Burkina Faso. Lesquels souhaits s’articulent autour du défi sécuritaire et sanitaire.

C’est pourquoi il a salué l’effort des FDS et les agents de la santé pour leurs sacrifices avant d’indiquer que les Burkinabès ont besoin d’être plus fort et de se réconcilier. Pour lui, ce grand jour est une occasion pour rappeler aux fidèles musulmans de prier et demander à Dieu pour le retour de la paix au Burkina.

Dans la foulée, le président de l’Assemblée Nationale, Alassane Bala Sakandé dit avoir venu prier pour sa famille et le peuple Burkinabè. « Le Burkina traverse des difficultés donc j’ai prié pour la paix et la cohésion sociale. J’ai demandé à Dieu une bonne saison pluvieuse et de bonnes récoltes pour notre pays », a laissé entendre le président du parlement Burkinabè.

« On doit s’unir pour faire tomber les murs et construire des ponts », a pour sa part indiqué le cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou qui a assisté à la prière du ramadan. En outre, il a souhaité une très belle fête aux musulmans indiquant qu’on doit avoir l’amour du prochain. « Nous sommes heureux de présenter nos meilleurs et sincères vœux aux musulmans » a-t-il déclaré.

Le gouvernement, représenté par Zéphirin Diabré ministre de la réconciliation et de la cohésion sociale et Clément P. Sawadogo ont tous confié venir s’unir avec les musulmans. En plus d’autres autorités gouvernementales, la célébration de l’Aïd El Fitr a connu la présence du Mogho Naaba, chef suprême des mossé. Tous ont souhaité une paix durable pour le pays des « Hommes intègres ».

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment