Quantité du carburant servi à la pompe : « Le consommateur doit toujours faire attention aux étiquettes apposées sur les pompes avant de se faire servir » (DG de la métrologie)

Face à l’explosion du marché du carburant et des stations-service, les consommateurs sont de plus en plus confrontés à la mauvaise qualité du carburant et à la non-conformité de la pompe de service. Pour vous aider à y faire face, Lefaso.net a tendu son micro au directeur général de la métrologie, Issa Sawadogo, qui donne quelques conseils à adopter.

Lefaso.net : On entend de plus en plus les consommateurs se plaindre de la mauvaise qualité du carburant vendu sur le marché. Pourtant c’est du carburant servi dans les stations-service. Qu’est ce qui explique cela ?

Issa Sawadogo : Il est vrai que, par moment, nous recevons des plaintes de personnes qui estiment que c’est la mauvaise qualité du carburant qu’elles ont pris dans une certaine station-service qui a causé des dommages au moteur de leur véhicule, et nous essayons d’instruire le plus tôt possible la plainte. Il s’agit en fait de diligenter le plus rapidement possible un contrôle sur la qualité de ce carburant dans ladite station et celui contenu dans le véhicule en question. Si c’est avéré que c’est un problème de qualité, alors probablement le carburant qui a été servi a dû faire l’objet d’un mélange avec d’autres produits inappropriés.

Mais existe-t-il un moyen pour le consommateur de savoir si telle ou telle station livre de l’essence de bonne qualité ?

Il faut dire que le contrôle au niveau des stations se fait à deux niveaux, à savoir le contrôle sur la qualité du carburant et le contrôle sur la conformité de la pompe. Pour ce qui concerne le contrôle de la qualité du carburant, lorsque la mauvaise qualité est avérée, nous prenons des mesures conservatoires (c’est-à-dire nous scellons automatiquement la pompe et la cuve réservoir qui la dessert) pour protéger le consommateur. Par contre, si nous n’avons pas détecté un problème sur la qualité du carburant, nous le signalons au représentant de la station qui, bien sûr assiste au contrôle, mais nous ne mettons aucun signe pour alerter le consommateur car le contrôle qui vient d’être fait porte sur le carburant en stock au moment du contrôle et qui va certainement s’épuiser dans les jours à venir.

L’étiquette verte signifie que l’instrument de mesure de la quantité du carburant est conforme à la norme

Pour ce qui concerne le contrôle de la conformité de la pompe, il s’agit de vérifier sa capacité à débiter des volumes « acceptables ». Si la pompe est conforme ou non conforme, nous apposons des marques pour attirer l’attention des usagers sur la fiabilité des pompes. Lorsqu’à l’issue de notre contrôle, il s’avère que la pompe est conforme, nous apposons une étiquette verte sinon, c’est une étiquette rouge.
Par contre, par rapport à la qualité du carburant, vous comprenez qu’il est difficile qu’après un contrôle ponctuel de qualité sur du carburant en stock d’affirmer par des étiquettes ou d’autres moyens que la station vend du carburant de qualité ou pas à tout moment. Par contre des mesures conservatoires sont prises pour interdire la vente lorsqu’il est avéré que la qualité du carburant est douteuse.

Quelles informations recouvrent donc les stickers (étiquettes) verts ou rouges apposés au niveau des stations de service ?

Je disais à l’instant que nous faisons deux types de contrôle. C’est-à-dire, sur la qualité du carburant et sur la qualité de la pompe. Et sur le dernier point, il s’agit de se rassurer que la pompe débite de l’essence en bonne quantité. C’est-à-dire, si vous avez acheté de l’essence pour 1000 francs, il faut qu’on soit sûr que c’est de l’essence de 1000 qui a été servi. Donc, ce sont deux types d’étiquette que nous apposons principalement. Si l’étiquette est verte alors l’instrument de mesure est conforme. Mais lorsque c’est le sticker rouge, cela veut dire que l’instrument de mesure n’est pas conforme et il est interdit au propriétaire de la station de l’utiliser.

Cela veut dire que si vous arrivez et que vous trouvez que c’est une étiquette rouge, vous ne devez pas vous faire servir par cet instrument. Sinon, logiquement, quand cela arrive, nous le scellons à chaque fois et nous demandons au propriétaire de le faire réparer et il sera ensuite soumis à notre contrôle avant toute utilisation. Donc, l’étiquette rouge, c’est pour dire que la quantité servie n’est pas dans les normes. Comme c’est le même instrument qui sera utilisé tout le temps, nous pouvons alerter le consommateur sur son état. Par contre au niveau de la qualité de l’essence, ce n’est pas la même essence qui sera servie tous les jours, donc il est difficile d’alerter le consommateur sur la qualité d’un carburant que nous n’allons pas forcement contrôler.

L’étiquette « rouge » signifie que l’instrument de mesure de la quantité du carburant n’est pas conforme à la norme

N-y-a-t-il donc pas de moyen pour vérifier la qualité de l’essence ?

Le moyen visible concerne la conformité de la pompe et non celle de la qualité du carburant. Et je pense que, selon les explications que j’ai données plus haut vous comprenez pourquoi, nous ne pouvons pas à partir d’un contrôle ponctuel qui porte sur la qualité du carburant d’aujourd’hui, nous prononcer sur celle des jours à venir.

Au cas où le consommateur est confronté aux problèmes de qualité du carburant ou du distributeur, que doit-il faire alors ?

Lorsque le consommateur est confronté à ce genre de problème, il peut se référer aux services de l’ABNORM. Si nous nous rendons compte que c’est la qualité du carburant qui est mise en cause, non seulement le contrevenant, c’est-à-dire, le propriétaire de la station devra s’expliquer auprès des agents de contrôle mais également ces derniers lui demanderont de réparer le dommage subi par l’usager.

Votre mot de fin…

Non seulement nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez sur le sujet mais nous saisissons toujours l’occasion pour lancer un appel aux consommateurs : lorsqu’il y a un problème de qualité ou de quantité avec le carburant qu’ils ont acheté, ils peuvent toujours se référer à l’ABNORM. Mais avant que cela n’arrive, nous leur demandons de toujours faire attention aux étiquettes apposées sur les pompes. Lorsque c’est ‘’rouge’’, il faut éviter de se faire servir.

Mais au cas où il n’y a pas d’étiquette, ça veut dire que ce sont de petits malins qui ont dû enlever une étiquette rouge pour tromper la vigilance des usagers. C’est donc appeler à la vigilance de la population par rapport à ces étiquettes sur les pompes des stations d’essence. Nous demandons aussi de regarder la date, parce qu’il y a également une limite de validité qui est précisée sur l’étiquette. Il faut toujours faire attention à l’étiquette qui donne toutes les informations sur la fiabilité de la pompe.

Nous demandons également aux propriétaires des stations-services de prendre toutes les précautions pour éviter que la qualité du carburant qui est servie ne soit compromise et également de s’attacher les services de réparateurs de pompes à essence agréés pour que leurs pompes soient toujours dans des bonnes conditions de fonctionnement.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment