Prise en compte de la religion traditionnelle au sein de l’ONAFAR : La décision expliquée aux chefs coutumiers

L’Association pour la tolérance religieuse et le Dialogue interreligieux (ART/DI) a initié, ce jeudi 20 août 2020 à Ouagadougou, une rencontre d’échanges avec les chefs coutumiers du Burkina. Cette activité a pour objet d’expliquer les contours de la prise en compte de la religion traditionnelle au sein de l’Observatoire national des faits religieux (ONAFAR).

Le Conseil des ministres, en sa séance du 6 août 2020, a adopté un projet de modification du décret portant création, composition, attributions et fonctionnement de l’ONAFAR. Cela, pour prendre en compte la religion traditionnelle. Pour mieux informer les chefs coutumiers de cette nouvelle donne, l’ART/DI a initié une rencontre, ce jeudi 20 août 2020.

Pour la vice-présidente de l’association, Fatou Somé/So, l’objectif de la rencontre est d’expliquer aux garants de la tradition, l’importance de la décision du gouvernement. Il s’agit aussi de renforcer les capacités des participants autour des expressions « religion traditionnelle, chefferie traditionnelle, chefferie coutumière, etc. ».

les chefs coutumiers sont venus écouter les contours de la prise en compte de la religion traditionnelle au sein de l’ONAFAR

L’association compte également synthétiser les attentes des participants et en faire des thèmes de plaidoyer. Cela permettra aussi à l’ART/DI de nouer des relations de partenariat pérennes avec les chefs coutumiers. Le président de l’association, Issaka Sourwema, par ailleurs chef du village de Dawelgué, dans la commune de Saponé, a rappelé que, jusque-là, l’ONAFAR était composé de huit membres. L’islam et le christianisme avaient chacun quatre représentants. Avec le nouveau décret, informe-t-il, la religion traditionnelle sera elle aussi représentée par quatre membres.

Les chefs de terre étaient également présents avec leur accoutrement traditionnelle dont la pioche

Le chef coutumier a également donné une communication sur les contours et le contenu doctrinal de la Religion traditionnelle africaine (RTA). Selon lui, dans la conception doctrinale de la RTA, la temporalité est cynique. L’on croit à la réincarnation. Il y a également la célébration de la vie et la relativisation de la mort.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment