Ouagadougou : Plus de 5000 produits alimentaires contrefaits saisis

La Police nationale a mis fin aux activités d’un réseau de spécialistes en contrefaçon de produits divers dans la ville de Ouagadougou. Plus de 5000 produits alimentaires contrefaits composés de vinaigre, d’eau de Javel, des arômes et du sel de table ont été saisis. Le Service régional de la police judiciaire du Centre a présenté ces produits, le jeudi 29 juillet 2021, au cours d’une conférence de presse.

Composés de sept (7) membres, en majorité des employés de commerce, ils exerçaient leurs activités illicites dans leurs domiciles situés respectivement à Saaba et à Warchin/Zone 1 de la ville de Ouagadougou. « Ils y fabriquent lesdits produits et les conditionnent dans des emballages qu’ils se procurent avec des personnes dans les marchés de Boins-yaar et Sankar-yaar », a indiqué le commissaire principal de police, Sayibou Galbané.

En ce qui concerne l’eau de Javel, sa fabrication consistait, selon les aveux de P.I à la police, à acheter sur le marché les différentes composantes de ce produit, à savoir du chlore, de la soude, du bicarbonate de soude, du bichromate de potassium et de l’eau qu’ils mélangent dans une bassine pendant vingt-quatre heures avant de les embouteiller dans des bidons de marque MADAR qu’ils achètent à Boins-yaaré.

Le présidium à la conférence de presse.

Une fois conditionnés, les produits sont livrés aux clients à l’aide de tricycles. La livraison c’est un peu partout dans la ville de Ouagadougou. Il s’agit des grandes boutiques à la ZAD, à côté du cimetière municipal, au grand marché Rood-woko, à Sankar-yaar, ainsi qu’en province. Ce, depuis plus de trois (03) ans.

C’est suite à une plainte qu’une enquête a été ouverte et a permis de démanteler ce réseau dont deux membres sont toujours en cavale. Ce sont au total 3759 bidons d’eau de Javel de marque MADAR et La Croix, 2448 bidons de vinaigre, 3087 bouteilles d’arôme et 156 boîtes de sel de table qui ont été saisis. Les investigations se poursuivent pour mettre la main sur tous ceux qui participent à cette opération illicite.

Le commissaire principal de police, Sayibou Galbané

Selon le président de la ligue des consommateurs du Burkina, Dasmané Traoré, la population doit redoubler de vigilance quant aux produits finis qu’elle achète, et collaborer davantage avec la police en dénonçant tous faits illicites. « Le premier protecteur du consommateur c’est le consommateur lui-même », a-t-il souligné. Certes, il y a une autorité de contrôle de la qualité et du prix des produits mais la population est celle qui est en contact direct avec le produit fini, d’où la nécessité d’être plus vigilante.

Différencier les produits contrefaits de l’original

Pour l’occasion, quelques pistes ont été données par le commissaire Josué Zabsonré pour différencier les produits contrefaits de l’original. Pour les arômes, il s’agit de faire attention à l’emballage qui semble vieux pour l’arôme contrefait et dont le contenu présente des impuretés une fois secoué. De plus, à l’ouverture le bon produit offre une résistance suivie d’un craquage de la fermeture.

Le président de la ligue des consommateurs du Burkina, Dasmané Traoré,

Concernant l’eau de Javel, le bidon du produit contrefait a une couleur beaucoup plus foncée. Au niveau de la date de péremption, les temps différents et l’ouverture ne présente ni de résistance, et le plastique permettant la sortie du liquide porte déjà un trou. Ces remarques concernent aussi le sel de table dont la contrefaçon a une couleur plus foncée et ne présente aucune résistance à l’ouverture.

Au regard de cette situation, le commissaire Josué Zabsonré a invité les fabricants détenteurs de brevet de production, de faire souvent des modifications au niveau de leur emballage pour éviter que les reproductions ne soient aussi faciles.

Judith SANOU
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment