Mouloud 2021 : Le rôle de l’islam dans la conquête de la paix et la sécurité au cœur de la célébration

L’association islamique des encadreurs des femmes, des filles et des hommes musulmans au Burkina Faso a célébré, le dimanche 28 mars 2021, la naissance du Prophète de l’islam, Mohamet, appelée couramment Mouloud. Cette commémoration s’est tenue sous le thème « Paix et sécurité : Rôles de l’islam au Burkina Faso ».

La naissance du Prophète Mohamet constitue un évènement majeur dans la vie du musulman. Elle est célébrée au troisième mois de l’année musulmane. Cette année, l’Association islamique des encadreurs des femmes, des filles et des hommes musulmans au Burkina Faso (AIEFFHMB) a sacrifié à la tradition en commémorant le Mouloud. L’évènement a attiré une foule de musulmans, le dimanche 28 mars 2021, au Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) à Ouagadougou. Cela a été un moment de louanges du Prophète et de prêche exécuté par l’imam Arouna Tiendrébéogo. Le président de l’AIEFFHMB, El Hadj Cheick Aboubacar Ouédraogo Takbir Moujahidin, a remercié « Allah » d’avoir œuvré à la tenue de cette activité qui, selon lui, a été un franc succès au regard de la forte mobilisation des participants. Pour lui, le thème « Paix et sécurité : Rôles de l’islam au Burkina Faso », vise à renforcer les liens d’amitié entre frères et sœurs musulmans.

Des autorités traditionnelles étaient présentes à la célébration de la naissance du Prophète Mohamet

S’exprimant sur la situation délicate qui règne au sein de la grande famille musulmane (https://lefaso.net/spip.php?article103613), il a invité les uns et les autres à taire les divergences et à travailler main dans la main comme un seul homme pour bâtir le Burkina Faso. « Je ne suis pas partisan d’un groupe. Moi, je suis avec celui qui œuvre pour le développement de mon pays. Les autorités sont en train de travailler pour la réconciliation nationale. Au lieu d’être un moteur important pour cette réconciliation, il y a des musulmans qui s’entre-déchirent.

El Hadj Cheick Aboubacar Ouédraogo Takbir Moujahidin prône la paix

Pourtant, la religion ne prône pas cela. L’islam, c’est la paix, l’amour du prochain, mais aussi la solidarité », a-t-il relevé. Parmi les raisons susceptibles d’expliquer le couac entre les musulmans, El Hadj Moujahidin évoque l’argent, la politique, le racisme et la jalousie. De ce qui précède, en plus des efforts personnels de la communauté musulmane pour sortir de cette situation, le gouvernement a également un rôle important à jouer. Car, « les conflits religieux peuvent détruire tout un pays ». Et ce n’est pas ce qu’on souhait pour le Burkina.

Le représentant de Zéphirin Diabré invite les musulmans à accompagner le ministre de la Réconciliation nationale

Le ministre en charge de la Réconciliation nationale, Zéphirin Diabré, a associé son image au présent Mouloud. Empêché, il s’est fait représenter par le maire de l’arrondissement N°11, Ibrahim Naré. En son nom, le maire a adressé des messages de paix, de réconciliation et de cohésion sociale pour le Burkina Faso dans toutes ses composantes. Rappelant aussi la lourde mission du ministre Diabré qui est de faire en sorte que toutes les fissures observées depuis un certain temps au sein des couches sociales du pays se ressoudent. Pour relever ce défi, M. Naré a, au nom du ministre, sollicité l’accompagnement de tous les musulmans du pays. En retour, il a dit la disponibilité du ministre en charge de la Réconciliation nationale à travailler avec les musulmans.

En acceptant de parrainer la présente commémoration de la naissance du Prophète Mohamet, El Hadj Alidou Kafando poursuit les œuvres de son défunt père, lui qui a toujours posé des actes nobles en faveur des musulmans, selon le représentant du parrain, Me Issaka Compaoré. Comme le maire, il a adressé des messages de paix et de solidarité.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment