Ministre en charge de la réconciliation : Zéphirin Diabré tâte le terrain de Yirgou

Après son installation à la présidence du Faso, Zéphirin Diabré entamé une visite dans la soirée de ce 14 janvier 2021 dans les locaux du Collectif contre l’impunité et de la stigmatisation des communautés (CSIC). Selon les deux parties, les échanges ont porté sur la réconciliation et cohésion nationale. 

Au sortir de la rencontre Zéphirin Diabré justifie les motifs de sa venue en ces termes : « C’est un signal de volonté de se mettre rapidement au travail. C’est depuis d’ailleurs lundi que certains contacts ont été pris et j’ai reçu la visite des responsables de certaines associations. Si fait qu’aujourd’hui nous sommes au siège du Collectif contre l’impunité et de la stigmatisation et des communautés. Et le deuxième signe c’est que cette visite veut lancer contrairement à ce que les gens veulent faire croire, la question de réconciliation et de cohésion sociale, nous n’allons pas les aborder sous l’angle politico-politicien…mais d’autres questions non moins importantes ou plus importantes sont là. Toutes les formes de déchirures qui peuvent mettre en péril l’unité de notre nation. Et la question de la stigmatisation et de la discrimination sont des paramètres qui sont très dangereux et qui agit contre la cohésion sociale C’est entre autres à cause de cela que nous sommes venus au CSIC… » a expliqué le Ministre d’Etat auprès de la présidence du Faso.

coordonnateur du CSIC, Dr Daouda Diallo

Accueillant à bras ouvert le chargé de la réconciliation nationale, le coordonnateur du CSIC, Dr Daouda Diallo espère que l’hôte du jour pourra relever le défi vu son expérience. « C’est un honneur qu’il a fait à notre organisation et qui se battait depuis plusieurs années sur les questions d’impunité, de stigmatisation, et la cohésion sociale et l’unité nationale (…).

 

Nous lui avons souhaité toutes les bénédictions nécessaires pour que le seigneur l’accompagne afin qu’il réussisse cette mission qui est vue comme difficile. C’est un travail, gigantesque et nous ne doutons pas de ces compétences intrinsèques, nous ne doutons pas l’effort des enfants du Burkina pour l’accompagner à unir la nation et aller vers une république véritable où la négation de l’autre n’aura pas sa place » a résumé pour sa part, M. Diallo, l’objectif de la rencontre.

C’est tout le message qu’on peut retenir à l’issue de l’entrevue. En rappel, ce collectif a vu le jour après les attaques du Yirgou où plusieurs personnes ont trouvé la mort. Depuis lors, le CISC tente de faire jaillir la lumière sur ce drame mais en vain.

Youssouf KABDAOGO
Infowaka.net

Related posts

Leave a Comment