Hôpital Souro Sanou de Bobo-Dioulasso : Des agents de santé observent un sit-in de 48 heures

Les travailleurs du Centre hospitalier universitaire Souro Sanou (CHUSS) de Bobo-Dioulasso observent un mouvement d’humeur, les 25 et 26 mars 2021 au sein de leur établissement. Selon les manifestants, ce sit-in de 48 heures est une occasion pour eux, de marquer leur indignation face à la « situation chaotique » du CHUSS.

Selon le secrétaire général de la sous-section SYNTSHA du CHUSS, Yaya Traoré, c’est face à l’incapacité de la direction de l’hôpital de trouver des solutions aux maux qui minent ledit centre de santé que le personnel a décidé d’observer ce sit-in de 48 heures.

« Du diagnostic, tout est clair. Mais point de solutions. Toutes les insuffisances majeures relevées et qui empêchent le fonctionnement du CHUSS n’ont pas été considérées dans le cadre du plan de résolution des problèmes. Il s’agit des problèmes de gouvernance, du dysfonctionnement de la majorité des services, des problèmes liés au manque d’eau, de l’insalubrité du réfectoire et environnants, des exonérations, des primes des agents, de la privatisation des soins publics, de la mauvaise qualité de la restauration, etc. », a-t-il fait savoir.

Au regard de la gravité de la situation exposant le personnel de santé et limitant l’accès des malades aux prestations de santé, le personnel du CHUSS avait tenu une assemblée générale au cours de laquelle, un quitus a été donné au bureau pour entreprendre toutes les démarches allant dans le sens de la résolution de la crise. A en croire les manifestants, depuis la tenue de cette AG jusqu’à nos jours, aucune amélioration de la situation n’a été observée.

Ils estiment que l’administration de l’hôpital s’est rangée dans un mutisme total, un déni de la réalité et un mépris vis-à-vis des préoccupations du personnel. C’est pourquoi, ils interpellent les premiers responsables de l’institution, à se pencher sur le problème afin d’y trouver des solutions.

« Ce sit-in est l’occasion pour nous de protester contre le mutisme et l’attitude méprisante de l’administration du CHUSS, de tirer des enseignements et de dégager des perspectives allant dans le sens de la résolution des problèmes au CHUSS », ont-ils signifié.

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment