G5 Sahel : bilan de présidence de Roch kaboré

Le mandat de Roch Kaboré à la tête du G5 Sahel prend fin. Son homologue mauritanien Mohamed Ould El-Ghazouani prend le relais le 25 février 2020 à l’issue de la VIe session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel. Durant son mandat, Roch Kaboré a axé ses actions sur la mobilisation de la communauté internationale autour du G5 Sahel. 

Confronté au problème de sécurité, le mandat du président Rock Kaboré a fait face à une intensification des attaques terroriste, non seulement au Burkina, mais aussi dans la sous-région. C’est alors qu’en Avril 2019, il se rend à Abu Dhabi, aux Émirats Arabes Unis, à la conférence des partenaires et obtient au compte de l’institution, une promesse de 30 millions de dollars.

De ce don reçu, le président a poursuivi sa quête en faveur du G5, lors de la visite officielle de la chancelière allemande, Angela Merkel, à Ouagadougou. Au cours du sommet extraordinaire auquel elle a pris part, il s’est agi pour le président d’inviter la chancelière à faire un plaidoyer auprès des autres institutions en faveur du G5.

Toujours dans le cadre des tournées de recherche de collaborateurs, un appel à établir un partenariat stratégique renforcé avec le sahel est lancé par le président du Faso à l’endroit de la Russie. Le président Vladimir Poutine s’engage alors à impliquer davantage son pays dans les différentes initiatives de lutte contre l’insécurité au Sahel.

La lutte contre la pauvreté et le changement climatique, un défi pour le G5 Sahel

Étant à la recherche de collaborateurs et de fonds pour le fonctionnement du G5 Sahel, la promotion du développement et de la lutte contre la pauvreté était d’ordre. En effet Pour Rock Kaboré, « la lutte contre le terrorisme doit se doubler d’une promotion du développement économique et social dans les pays de la région ». Et dans la perspective de lutter contre le changement climatique dans la zone sahélienne, un sommet visant à favoriser l’exploitation de l’énergie solaire des pays sahéliens est tenu par le G5 Sahel, avec le soutien de la Banque Africaine de Développement. Cette initiative participe à l’accès à l’énergie, l’une des composantes de la stratégie pour le développement et la sécurité des pays du G5 Sahel.

La lutte contre le terrorisme, engagée par Roch Kaboré

Réunis en sommet extraordinaire en septembre 2019, à Ouagadougou, le président Kaboré a invité la CEDEAO à s’impliquer davantage dans la coopération pour une lutte plus efficace contre le terrorisme. De ce sommet, la CEDEAO s’est dotée d’un plan d’action de lutte pour la période de 2020 à 2024. Les différents chefs d’États ont souhaité un changement de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) à un mandat plus offensif, pour être plus efficace dans la lutte contre les forces du mal.

De la situation sécuritaire qui connait des dégradations, de nouvelles orientations sur la défense et la sécurité ont été adopté par le comité de défense et de sécurité, afin de permettre à la force conjointe du G5 Sahel de traquer les terroristes sur tous les territoires des pays membres du G5.

Roch Kaboré a aussi pris part au sommet de Pau en France en janvier dernier, avec ses homologues du G5 Sahel. A l’issue de ce sommet, la France a décidé d’envoyer 220 soldats supplémentaires au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane, et d’intensifier les efforts militaires dans la zone dite des trois frontières.

Le président du Faso avait alors rappelé qu’au regard de l’ampleur du terrorisme au Sahel, une coalition plus large qui « regroupe les pays du G5 Sahel, la France, l’Union africaine, l’Union européenne, et tout autre partenaire qui souhaite y participer. (…) », devrait être créée.

Ainsi, Prenant connaissance des réalisations déjà effectives sur le terrain, des points tout aussi négatifs sont à noter.

En effet la faiblesse tant économique que militaire des États membres obligent le G5 à collaborer avec d’autres acteurs, ne favorisant pas l’efficacité des forces sur le terrain. Ainsi on note une dépendance vis-à-vis des acteurs internationaux.

Quant au nouveau président entrant, il s’agira pour lui de mettre tout en œuvre pour que les actions déjà entreprises soient respectées et profitent à l’ensemble des pays du G5 Sahel.

Alex Somé (Stagiaire)

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment