Féminisme au Burkina : « Nous ne voulons pas d’un courant qui cautionne le fait que des femmes transforment leur physionomie pour devenir des hommes », clame Dr Nestorine Sangaré

Une conférence-débat sur le mouvement féministe s’est tenue ce jeudi 8 avril 2021 à Ouagadougou, à l’initiative du Centre de recherche et d’intervention en genre et développement (CRIGED), avec l’appui technique et financier d’Oxfam au Burkina Faso.

Cette conférence-débat placée sous le thème « les différents moments de l’histoire du féminisme » s’inscrit dans le cadre des activités de la commémoration du 8-Mars 2021. Elle a vu la participation des organisations féminines. Les panelistes étaient au nombre de trois dont Dr Nestorine Sangaré, agent à l’Agence nationale pour la valorisation des résultats de la recherche ; Assétou Sawadogo, la secrétaire permanente du Conseil national pour la promotion du genre, et la magistrate Julie Rose Ouédraogo, conseillère à la Cour d’appel de Ouagadougou.

L’assistance

Dr Sangaré a planté le décor en brossant dans une première partie, l’histoire du mouvement féministe, son évolution au niveau mondial depuis le 19e siècle jusqu’à nos jours. Puis, elle a saisi cette opportunité pour mettre le doigt dans la plaie. « Nous assistons depuis environ cinq ans à un renouveau du féminisme. La plupart des partenaires bilatéraux disent qu’ils appliquent une politique féministe de coopération. Mais nous n’avons pas l’occasion pour les entendre dire qu’est-ce qu’ils entendent par féminisme. Or, il y a plusieurs courants féministes. Aujourd’hui, le féminisme radical est le plus dominant. C’est celui qui porte le mouvement homosexuel en l’occurrence », constate la paneliste Sangaré.

Le féminisme est bien tant que ça se limite à la promotion des droits humains fondamentaux, a déclaré Dr Nestorine Sangaré

Elle plaide pour un débat ouvert sur la question afin d’éviter toute amalgame. « Nous aurions souhaité qu’il y ait un débat ouvert sur la question pour pouvoir savoir qu’est-ce que chaque partenaire met dans son approche féminisme. Si c’est une façon de nous amener des valeurs auxquelles nous n’adhérons pas, que ce soit clair et que nous puissions prendre position. Maintenant si c’est vraiment pour lutter contre les violences faites aux femmes, promouvoir la participation politique des femmes, l’autonomisation économique des femmes, ce sont des choses que nous, nous reconnaissons et dans lesquelles nous sommes engagées depuis des années », a-t-elle indiqué. Féminisme dans l’âme, Dr Sangaré va plus loin en posant un tas de questions : « Nous voulons que ce soit clair. Qu’est-ce qu’on attend par féminisme ? Qu’est-ce qu’on défend ? Et si cela est conforme à nos valeurs et comment nous pouvons adapter cela ? ».

Complémentarité entre le genre et le féminisme

La SP du CONAP/Genre, Assétou Sawadogo, a relevé que la complémentarité entre le genre et le féminisme a permis d’engranger des résultats fort encourageants sur le terrain. Pour preuve, dans le domaine de l’éducation, il y a la parité en ce qui concerne l’accès, même si au niveau du maintien et de l’achèvement il y a toujours des difficultés. Au niveau de la santé, il y a de l’évolution que ce soit le taux de mortalité maternelle ou infantile.

La situation de la femme burkinabè, en matière de satisfaction de ses droits, s’est améliorée, selon la SP CONAP/Genre, Assétou Sawadogo

Sur le plan économique, la pauvreté a toujours le visage féminin mais de plus en plus les femmes arrivent à tirer leur épingle du jeu. Concernant la politique, l’on note l’engouement des femmes pour la chose politique. Malgré tout, d’énormes défis restent à relever dont les plus importants concernent le seuil minimal critique de 30% de femmes à l’Assemblée nationale, les grossesses non-désirées, les violences basées sur le genre, le faible statut de la femme et la persistance des pesanteurs sociale et culturelle.

Donner du contenu et une démarche au concept

Pour sa part, la magistrate Julie Rose Ouédraogo pense au contenu et à la démarche à donner au féminisme au Burkina Faso : « Est-ce que nous pouvons nous particulariser au sein du mouvement féminisme ? Si oui, de quelle manière ? Parce que c’est un mouvement qui véhicule plusieurs mouvements de pensées.

Les Africains se retrouvent au niveau du féminisme modéré qui s’attaque aux discriminations faites aux femmes, a signifié la magistrate Julie Rose Ouédraogo

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il y a une certaine méfiance. Il y a une forme de rejet de ce mouvement féminisme au Burkina. Et lorsqu’on se présente féministe, finalement on ne sait pas de quel bord on est ? Quel courant de pensée on veut véhiculer ? ». Néanmoins, elle est persuadée que si l’on arrive à se comprendre sur ce concept à polémique, les féministes pourront mieux asseoir la lutte pour la promotion des droits des femmes.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment