Elections à l’Ordre des architectes du Burkina : Ça grogne !

Cette année 2021 verra les membres de l’Ordre des architectes du Burkina élire les conseils de l’ordre et leur président. Afin de mettre toutes les chances de leur côté, des jeunes candidats ont lancé une grande campagne sur les réseaux sociaux. Cette stratégie de communication constitue, selon le conseil actuel, une violation des textes en vigueur. En représailles, il a obtenu à l’issue de son Assemblée générale extraordinaire, la réouverture des candidatures à tous les postes, permettant ainsi au secrétaire général actuel du conseil de déposer sa candidature au poste de secrétaire général adjoint. Pourtant selon les textes, un candidat ne peut faire deux mandats successifs. Ces sujets alimentent les débats ces derniers jours.

Le 14 mai 2021, les architectes seront appelés à voter les hommes et les femmes qui vont diriger leur organisation et porter plus haut leurs attentes. Pour ces élections, 11 postes sont à pourvoir. A une semaine du scrutin, la tension ne cesse de croître. Les raisons ? Le lancement d’une campagne sur les réseaux sociaux par des jeunes candidats et la candidature du secrétaire général (SG) actuel au poste de SG adjoint.

Afin de mettre les uns et les autres sur le même niveau de compréhension, le président de l’Ordre des architectes, Fabien Ouédraogo, a laissé entendre que les textes essentiels de l’Ordre ne prévoient pas de campagne électorale proprement dite. « En tout état de cause, les textes interdisent toute forme de publicité qui ne porte pas sur des projets d’architecture, et toute forme de publicité tapageuse », insiste-t-il. En cas de non-respect de ces principes, les concernés peuvent être traduits en conseil de discipline, prévient M. Ouédraogo. En ce qui concerne la candidature du SG actuel, cela n’est pas une première dans l’histoire du Conseil de l’Ordre des architectes du Burkina.

Le président de l’Ordre des architectes

Il y a eu des précédents où certains ont fait plus de deux mandats mais à des postes différents par manque de candidatures. C’est du moins ce qu’a confié le président. Cependant, l’Assemblée générale statuera in situ sur ce cas. Réagissant sur son compte Facebook, Lahousséni Tahar Ouédraogo n’est pas passé par quatre chemins pour cracher ses vérités au Conseil de l’Ordre des architectes. Selon lui, ces aînés ont échoué à obtenir l’épanouissement de la profession. « Nos promotionnaires ont échoué. Alors pourquoi ruser pour retirer leur chance à nos petits frères s’ils veulent prendre leur destinée en mains ? », se questionne-t-il.

Il va jusqu’à contredire le président de l’Ordre. « Absolument aucun article de nos textes n’interdit de recourir aux médias pour la campagne électorale. Mais pourquoi l’Ordre actuel veut-il interdire aux jeunes architectes candidats de battre campagne comme bon leur semble, dans les médias notamment ? », martèle-t-il.

Révolutionnaire dans l’âme, Tahar Ouédraogo a dit sa disponibilité à accompagner à ces élections, tous les candidats d’un vrai changement. Car, dit-il, les magouilles, les conflits d’intérêt flagrants, les coups bas sous la ceinture des concurrents et les intimidations via la chambre disciplinaire sont le quotidien des architectes burkinabè depuis 10 ans.

Lahousséni Tahar Ouédraogo

Il en veut pour preuve, l’épisode du concours du Mémorial Sankara où le lauréat a été braqué et dépouillé de sa victoire « avec le soutien du Conseil de l’Ordre » « mais aussi l’annulation du concours de la CAMEG pour conflit d’intérêt entre les membres du Conseil de l’Ordre qui participent aux concours. La liste est longue ! Cependant, tout espoir ne semble pas encore perdu. L’Assemblée générale à laquelle a lieu les élections est celle où on enregistre le plus fort taux de participation.

Les architectes se mobilisent donc pour choisir ceux qui vont diriger leur organisation et répondre à leurs aspirations profondes. Veiller à la discipline au sein de l’ordre et au respect par ses membres des textes réglementaires et des principes déontologiques qui régissent la profession ; veiller au contrôle et au maintien de la moralité de ses membres sont entre autres les missions assignées à l’Ordre. Le président Ouédraogo invite tout jeune qui a des aptitudes pour le métier à ne pas hésiter.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment