Devant le Tribunal : « Je n’étais pas forcément à la recherche d’un mari mais d’un compagnon de vie…»

Tindano, 45 ans comparaissait devant le TGI de Ouagadougou le 6 juillet 2021 pour répondre des faits de faux et usage de faux en écriture publique, d’usurpation de titre, et d’escroquerie.

Devant le Tribunal, le prévenu reconnait avoir fabriqué deux faux diplômes dans l’intention de convaincre des partenaires japonais pour obtenir des financement pour un projet de ferme. Il affirme, qu’il est directeur d’un centre de formation en agronomie ouvert par des américains. Étant donc directeur dudit centre, il avait accès aux spécimens des diplômes délivrés par le centre et c’est ainsi qu’il les a utilisés pour s’attribuer deux faux diplômes de doctorat en agronomie et aménagement rural.

Cependant, il affirme qu’il n’a pas fait usage de ces faux diplômes. «Je voulais juste me préparer au cas où mes partenaires me demanderaient de fournir des diplômes mais ils m’ont dit que ce n’était même pas nécessaire », se justifie le prévenu.

Mais quel niveau avez-vous réellement? Lui demande le procureur. «J’ai le CQP», répond Tindano qui soutient qu’il a les compétences requises dans le domaine, seulement il n’ a pas de diplômes.

En outre, pour ce qui est des faits d’usurpation de titre et d’escroquerie, il nie tout en bloc. En effet, Tindano est poursuivi par son ex-compagne qui l’accuse de lui avoir escroqué la somme de 2 millions en se faisant passer pour un Docteur en agronomie.

Des déclarations de l’ex-compagne de Tindano, on retient que ce dernier lui a fait des avances sur facebook et après connaissance, ils ont finalement décidé de vivre ensemble.

Et c’est là, affirme-t-elle qu’elle aurait été escroquée. Tindano lui aurait fait croire qu’il attendait des chèques, la convaincant ainsi de prendre en charge tous les frais de leurs fiançailles, le loyer de leur maison et en lui empruntant régulièrement de l’argent durant plusieurs mois de vie commune avant de se volatiliser.

«Il m’a dit qu’il avait un doctorat en agronomie et une licence en théologie. Je n’étais pas forcément à la recherche d’un mari mais d’un compagnon de vie. Je n’aurais pas fait toutes ces dépenses s’il m’avait dit sa situation réelle», lance la victime lorsque le Tribunal lui fait observer qu’il est assez courant que les partenaires s’entraident dans le couple.

L’avocat de la victime relève par ailleurs, que sa cliente ne serait pas la seule victime de Tindano, ce dernier aurait pour habitude de courtiser des femmes assez aisées pour les escroquer et ensuite disparaître.

Une déformation des faits, se défend Tindano qui reconnait avoir emprunté à plusieurs reprises de l’argent à son ex-compagne, le tout s’élevant à 600 000 mais avec la ferme intention de rembourser.

Le procureur a dans ses réquisitions estimé que les faits de faux et usage de faux en écriture publique et d’escroquerie sont entièrement constitués à l’égard de Tindano. Par conséquent, il a requis contre lui, la peine de 36 mois de prison dont 24 mois ferme, plus une amende d’1 million.

 Le dossier est mis en délibéré pour le 13 juillet 2021.

Image illustrative

Florentin TAPSOBA

Zoodomail.com

Related posts

Leave a Comment