Covid-19 : 6 milliards 700 millions de francs CFA pour étancher la soif des Burkinabè

La mise en œuvre des mesures annoncées par le Président du Faso dans le secteur de l’eau vont impacter près de 5 millions de consommateurs. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’eau et de l’assainissement, Ambroise Niouga Ouédraogo, à la presse, ce mardi 7 avril 2020 à Ouagadougou.

Après le ministre de l’énergie, samedi 4 avril, c’était au tour du ministre de l’eau et de l’assainissement, Ambroise Niouga Ouédraogo, d’apporter plus de détails sur les mesures annoncées par le Président du Faso pour lutter contre la maladie à Coronavirus, pour la période d’avril à juin 2020.

Il s’agit notamment de la prise en charge des factures d’eau de la tranche sociale, de la gratuité de la consommation au niveau des bornes fontaines, de l’annulation des pénalités sur les factures de l’ONEA et de la prise en charge des factures d’eau au titre des marchés et yaars.

Gratuité pour les branchements de 8m3 au plus

Selon Ambroise Niouga Ouédraogo, le coût total des mesures sera de 6 milliards 700 millions de francs CFA. Dans les détails, la prise en charge des factures de la tranche sociale coûtera à l’Etat un plus de 3 milliards de francs CFA. A ce niveau, le ministre a précisé que la prise en charge concerne les branchements de 0 à 8 m3. Alors tout consommateur qui aura consommé plus de 8 m3 (3 300 F CFA) devra payer le surplus.

Pour ce qui est de la mesure de gratuité de l’eau au niveau des bornes fontaines, elle coûtera plus de 2 milliards 290 millions de francs CFA et le coût de l’annulation des pénalités a été estimé à 415 millions de francs CFA. Quant à la prise en charge des factures d’eau dans les 36 marchés et yaars fermés, elle va coûter 50 millions de francs CFA.

Mafarma Sanogo, Coordonnatrice du Service d’informations du Gouvernement

« Les adductions d’eau potable en milieu rural ne sont pas concernées »

A en croire le ministre de l’eau, les mesures d’accompagnement vont impacter 446 349 branchements et 3 486 bornes fontaines (dont 1 433 à Ouagadougou). Ce qui représente près de 5 millions de consommateurs. Et Ambroise Niouga de rappeler que ces mesures n’occultent en rien les mesures classiques prises habituellement par le ministère pour la desserte en eau, quand on sait que 7% de la population au niveau des villes n’a pas accès à l’eau potable.

Notons qu’au regard des charges élevées dans la gestion des bornes fontaines, certaines communes rurales ont opté depuis longtemps pour la gestion par affermage, c’est-à-dire la délégation de la gestion à des privés. Pour le ministre, ces adductions d’eau potable en milieu rural ne sont pas concernées par les mesures annoncées par le Chef de l’Etat.

« Tout fontainier qui refuse de donner de l’eau gratuitement sera sanctionné »

Même si le ministre a rassuré que des dispositions ont été prises pour la desserte gratuite de l’eau dans les bornes fontaines, force est de constater que dans certains quartiers de Ouagadougou, des fontainiers perçoivent toujours les sous des usagers. Pour Ambroise Niouga Ouédraogo, il n’y a pas de demi-mesure qui tienne.

Ambroise Niouga Ouédraogo, ministre de l’eau et de l’assainissement

« La mesure est incontournable. Les fontainiers doivent donner l’eau gratuitement. S’il y avait des deals inconnus dans la fourniture d’eau, eh bien ces deals-là vont tomber. On ne peut pas accepter que dans cette période difficile, l’eau fasse l’objet d’un chantage. Tout fontainier qui refuse de donner de l’eau gratuitement sera sanctionné », a martelé le ministre qui précise que des équipes de l’ONEA feront des sorties de terrain pour s’assurer de l’application de la mesure.

Toujours dans le respect des gestes barrières, le ministre de l’eau a indiqué que son département tentera de faire respecter la distanciation sociale au niveau des bornes fontaines quitte à ce que les fontainiers remplissent, pendant la nuit, les récipients que les usagers viendront récupérer le lendemain.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment