Coopération : Le montant de l’aide publique au développement reçue par le Burkina s’établit à 1 232 milliards de FCFA en 2020

Le ministère en charge de l’économie a rendu public le rapport 2020 sur la coopération pour le développement (RCD), cet après-midi du jeudi 23 septembre 2021, à Ouagadougou, grâce au soutien financier du PNUD qui a contribué à son édition.

Le rapport sur la coopération pour le développement est un outil d’analyse et d’information sur les flux d’aide qui épouse l’esprit de la déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide publique au développement (APD). Il décrit l’évolution des flux financiers de l’aide extérieure reçue et analyse leur répartition par instrument et par type de financement, par secteurs de développement ainsi que par source de financement.

Ce jeudi 23 septembre 2021, le ministère en charge de l’économie a sacrifié à un devoir de redevabilité qui veut que le gouvernement rende compte des flux des ressources financières mobilisées sur la période 2019-2020 avec l’accompagnement des partenaires techniques et financiers (PTF). Ce devoir de redevabilité a été tenu en présence des PTF à l’occasion de la cérémonie officielle de publication de la 22e édition du rapport sur la coopération pour le développement (RCD).

La ministre Pauline Zouré a traduit sa reconnaissance l’ensemble des acteurs qui ont facilité l’élaboration de ce rapport

La ministre déléguée, chargée de l’aménagement du territoire et de la prospective, Pauline Zouré, a noté avec satisfaction une augmentation de l’APD qui s’établit à 1 232 milliards de F CFA, soit une hausse de 38,3% par rapport à 2019.

« Ce qui est intéressant cette année, c’est de montrer et dire que nous avons beaucoup plus reçu des dons parce que la constitution de l’APD pour 2020, c’est 65,5% de dons, contre moins de 30% de prêts. C’est un indicateur qui montre que la communauté internationale a vraiment un élan de solidarité envers notre peuple qui est confronté aux défis sécuritaire et à la crise de la pandémie de la maladie à coronavirus. Cela montre aussi qu’il y a une confiance renouvelée dans la tenue des finances publiques et dans la gouvernance financière de cette aide. Ce qui encourage donc l’ensemble des partenaires à continuer à nous soutenir sur les chantiers du développement », a signifié Mme Zouré.

Les PTF ont pris part à la cérémonie

Elle précise que l’APD en 2020 a été essentiellement absorbée par cinq secteurs de planification que sont : le secteur « travail, emploi et protection sociale », le secteur « santé » ; le secteur « environnement, eau et assainissement » ; le secteur « production agro-sylvo-pastorale » et le secteur « infrastructures de transport, de communication et d’habitat ». Le volume global de l’aide absorbé par ces cinq secteurs est estimé à 1 129 millions de dollars, soit 52% de l’APD totale reçue en 2020.

Dans l’ensemble, les ressources décaissées au cours de la période ci-dessus citée ont servi largement à combler les besoins de financement du PNDES 2016-2020, a affirmé la ministre déléguée, chargée de l’aménagement du territoire et de la prospective. Après avoir salué la qualité et l’excellence des relations du Burkina avec ses partenaires, elle a saisi l’occasion de la présente cérémonie pour faire un clin d’œil aux PTF pour le PNDES II que le gouvernement est en train préparer afin d’aborder la conférence internationale des partenaires.

L’activité a refusé du monde

« Nous avons constaté une présence massive de nos partenaires à nos côtés pour la mise en œuvre du PNDES I. Nous espérons qu’il en sera de même pour le PNDES II pour lesquels nous avons positionné des axes stratégiques qui permettent d’inverser la tendance de la pauvreté pour pouvoir amorcer une période de résilience eu égard à toutes les difficultés que nous traversons », a-t-elle formulé.

Malgré des progrès tangibles aux plans technique et graphique, le rapport 2020 reste perfectible. C’est pourquoi Mme Zouré a dit que les services techniques du département en charge de l’économie sont disponibles pour recevoir les observations ou suggestions susceptibles d’améliorer la qualité des prochaines éditions.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment