Congés/ Fêtes de fin d’année: Plus de pression sur les transports

Pendant les congés de fêtes de fin d’année, beaucoup de personnes effectuent le déplacement pour passer la fête d’une ville à l’autre. Ce sont les moments où les sociétés de transport sont débordées à cause de l’affluence qui se laisse présager. C’est aussi une période qui donne du fil à retordre aux transporteurs. Infowakat.net a fait le tour, ce jeudi 24 décembre 2020, de quelques gares de la place. Constat. 

S’il y a une période où les gens voyagent beaucoup, c’est bien celle de fin d’année. Le moment est propice puisque la période coïncide avec les congés et les festivités au Burkina Faso. Des élèves et étudiants veulent aller passer ces moments de festivités auprès des siens. Il en est de même pour les fonctionnaires vivant en province de se rapprocher de leurs familles respectives. Pour regagner les lieux convenables relève d’un parcours de combattant.

Les gares sont débordées et les cars pleins. Dans une gare de la place où nous nous sommes rendus, le constat est là. On voit des passagers traînant dans les gares par faute de place. Ticket en main, chacun espère se rendre à destination. Pendant ce temps, les bagagistes chargent le car.

À 10h 30 mn, c’est l’appel pour l’embarquement. Ensemble, les passagers se sont rués vers le car comme des vautours pour l’occuper. Chacun voulant forcer la portière pour choisir une place au sein du car. Débordé, l’apprenti était obligé de les laisser faire dans un désordre organisé. Les plus forts arrivent à rentrer.

Dans la foulée, Ismael Ouedraogo, une personne du troisième âge se met à l’abri de ces épreuves. “J’ai mal au dos et je ne peux pas me tenir pendant longtemps “, a-t-il déclaré. Las d’attendre, l’homme de 75 ans transpirant profondément, est allé s’assoir sur un bidon vide à proximité du car. Un car raté, il était obligé de rester au minimum quelques heures supplémentaires. Son cas n’est pas isolé puisque plusieurs personnes étaient dans la même situation.

Les voyageurs insistaient pour prendre le car mais, celui-ci était déjà rempli à tel point que certains ont préféré occupé les allées. “C’est compliqué personne ne veut rester et nous sommes débordés également “, a laissé entendre Michel Kaboré, apprenti chauffeur.

Dans une autre gare, c’est le même problème qui se pose. Des hordes humaines ont pris d’assaut la devanture du car. Là, le convoyeur est strict. Il fait des appels et procède à la vérification des tickets. Après, il se rend compte que le car est plein et il restait encore assez de personnes.

Découragés, certains ont repris le chemin de la maison. Ce report va augmenter davantage la pression sur les transporteurs d’un jour à l’autre. Par contre, d’autres ont préféré monté à la cime du car. Sans en mesurer les conséquences, pourvu qu’ils arrivent à bon port.

Le chef de gare, Souleymane Zongo, précise que la demande est forte en cette période de fête de fin d’année. ” Les jours ordinaires on mettait à la disposition des usagers un car pour chaque départ mais il ne se remplissait pas. Depuis le début de congé, on a triplé les cars mais ça ne suffit pas. Et tout le monde veut aller fêter ailleurs “, a-t-il expliqué. Avec ces solutions, il était possible de planifier la situation. Mais hélas !

Barakissa Yago pour sa part dit avoir prit le ticket depuis hier (23 décembre ) et espérait bouger sur Houndé pour les fêtes. Malheureusement, elle a raté son car hier et même aujourd’hui encore. C’est avec un regard triste qu’elle assiste au vrombissement du véhicule s’éloignant d’elle. Nombreux sont les passagers qui se retrouvent dans la même disposition qu’elle.

Compte tenu du contexte actuel, ce genre de situation risque de se reproduire dans les jours à venir notamment à la reprise des cours en Janvier.

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment