Colloque sur le cardinal Paul Zoungrana : L’Eglise-famille de Dieu du Burkina et du Niger rend grâce à Dieu

Le colloque sur la vie et l’œuvre du cardinal Paul Zoungrana qui a débuté le 29 avril 2021 a pris fin le dimanche 2 mai 2021 par une messe de clôture. Par cet acte, l’Eglise-famille de Dieu du Burkina et du Niger rend grâce à Dieu pour tous ses bienfaits.

Les fidèles à la messe d’action de grâce

C’est fini pour le colloque sur la vie et l’œuvre du cardinal Paul Zoungrana. Les travaux ont pris fin avec une messe d’action de grâce ce dimanche 2 mai 2021 à la cathédrale de Ouagadougou. C’est le cardinal Philippe Ouédraogo qui a présidé la célébration eucharistique. Il a souligné que la messe est un cri d’action de grâce à l’endroit de la vierge Marie pour les merveilles réalisées par l’un de ses fils en l’occurrence le cardinal Paul Zoungrana. C’est une action de grâce pour ce qui lui a été donné d’être pour l’église au plan universel. L’archevêque de Ouagadougou a indiqué que l’homme a eu des responsabilités extraordinaires dans toute son humanité. Pour cela, il mérite bien d’être à l’autel des saints.

Abbé Justin Zagré, responsable de la commission scientifique

L’abbé Fidèle Zagré, responsable de la commission scientifique du colloque, note que le cardinal Paul Zoungrana fut un grand serviteur, un humble fidèle. Les témoignages ont montré qu’il a beaucoup aimé sa mission à travers l’amour qu’il a eu pour le christ et pour l’église, et pour les sociétés qu’il a servies au Burkina Faso, en Afrique et de par le monde. Au regard de tout cela, le responsable de la commission scientifique espère que le cardinal pourrait être déclaré saint à l’église universelle. Pour cela, une demande d’introduction sera faite à Rome avec toute la documentation nécessaire.

Roch Kaboré, président du Faso

La messe d’action de grâce a connu la présence de plusieurs évêques du Burkina et du Niger, et du chef de l’Etat, Roch Kaboré. Le président du Faso a salué la tenue de ce colloque sur la vie du cardinal Paul Zoungrana. Il dit avoir bon espoir que la contribution des Africains à l’annonce de la bonne nouvelle sera reconnue de façon universelle. A cette étape, les recherches se poursuivent pour réunir tous les documents nécessaires. Pour être déclaré saint, il faut être mort, avoir mené une vie chrétienne exemplaire et avoir accompli des miracles. Déjà, le cardinal Paul Zoungrana a ces vertus selon les témoignages faits au colloque.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment