Burkina : Vers l’adoption du nouveau référentiel de développement

Les assises nationales sur le Référentiel national de développement (RND, qui doit guider l’action gouvernementale du deuxième mandat de Roch Kaboré) se sont ouvertes ce mardi 25 mai 2021 à Ouagadougou sous la présidence du Premier ministre, Christophe Dabiré. Ce forum de 48 heures (25 et 26 mai 2021) est la première étape d’appropriation du contenu de cet outil.

Ce nouveau référentiel (2021-2025) qui vient à la suite au Plan national de développement économique et social (PNDES, 2016-2020) se veut, selon le chef de l’action gouvernementale, Christophe Dabiré, une consolidation des acquis des actions de développement jusque-là entreprises.

Les participants sont venus de diverses institutions du pays.

« Les assises nationales sur le référentiel national de développement, qui nous réunissent ici, constituent la fenêtre d’opportunité à travers laquelle, l’administration publique favorise le dialogue inter-actif de l’ensemble des acteurs sur le projet de document de référentiel », soutient-il. Selon ses explications, ces assises constituent la première étape de l’appropriation du contenu du document qui va, ces cinq prochaines années (2021-2025), encadrer l’action publique. Ce nouveau référentiel tire son fondement des précédents référentiels, indique Christophe Dabiré.

Le Premier ministre, Christophe Dabiré, a prononcé l’unique discours à la cérémonie d’ouverture.

Pour apporter une réponse coordonnée aux difficultés identifiées, le projet de référentiel propose de structurer l’action publique autour de quatre axes stratégiques : consolider la résilience, la sécurité, la cohésion sociale et la paix ; approfondir les réformes institutionnelles et moderniser l’administration publique ; consolider le développement humain durable et la solidarité ; dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et les emplois.

La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence de partenaires techniques et financiers du Burkina.

« Si les politiques publiques sont bien conduites à travers ces axes, je suis convaincu que nous parviendrons à concrétiser l’objectif global fixé, qui est de rétablir la sécurité et la paix, de renforcer la résilience de la nation et de transformer en profondeur, l’économie burkinabè afin de générer une croissance forte, inclusive et durable », convainc le Premier ministre Dabiré pour qui, le nouvel instrument de développement propose des mesures concrètes de rétablissement durable de la sécurité, de la paix et du légendaire vivre-ensemble des Burkinabè.

O.L
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment