Burkina Faso : L’ONG Terre des hommes Lausanne et ses partenaires apportent leur contribution à la cohésion sociale

Ouagadougou abrite du 13 au 15 avril 2021 un atelier de capitalisation du Programme FFU-Cohésion sociale : résultats, bonnes pratiques et défis. Près d’une année de mise en œuvre, l’ONG Terre des hommes Lausanne et ses partenaires ont déjà enregistré des résultats sur le terrain.

Le Burkina Faso connait ces dernières années des actes terroristes mettant en mal sa cohésion sociale. Pour contribuer à résoudre ce problème, l’Organisation non gouvernementale Terres des hommes Lausanne et ses partenaires dont l’Union européenne ont élaboré et mettent en œuvre le Programme FFU (Fonds fiduciaire d’urgence)-Cohésion sociale.

Ce mardi 13 avril, l’heure du bilan à mi-parcours a sonné pour les acteurs. La rencontre va consister à analyser les résultats, les bonnes pratiques et à relever les défis.

Huit consortiums comme acteurs sur le terrain

La mise en œuvre du programme doit durer 30 mois et est financée à plus de 4 milliards de francs CFA. Le programme vise à promouvoir la paix, les dialogues, la gouvernance et le monitoring des conflits et de la radicalisation, et la gestion des ressources naturelles et le pastoralisme.

José Luis Sanchez Alegre, représentant de l’Union européenne

Les actions sont mises en œuvre par huit consortiums des régions de l’Est, du Sahel, du Centre-Nord, du Nord, de la Boucle du Mouhoun, des Hauts-Bassins et du Centre.
Après plus d’une année de mise en œuvre, des résultats ont déjà été enregistrés. Le projet a enregistré 125 897 participants et formé 5 394 personnes dans 11 communes.

Les financements sont assurés entre autres par l’Union européenne qui veut contribuer au retour de la cohésion sociale au Burkina Faso. « Nous souhaitons que le Burkina Faso retrouve la stabilité, la paix, une situation qui va permettre au pays d’évoluer sur les plans économique et social », a indiqué José Luis Sanchez Alegre, représentant de l’Union européenne.

Le retour de la cohésion sociale passe par le retour de la paix. « Nous savons également que la situation sécuritaire et son impact sur la cohésion sociale est un élément qu’il faut résoudre. C’est pourquoi l’Union européenne appuie la cohésion sociale à travers plusieurs secteurs. C’est un défi et nous pensons que nous allons pouvoir le relever ensemble. Nous sommes maintenant très contents d’avoir un ministère pleinement dédié à cette question afin de pouvoir joindre nos forces pour réussir », a ajouté José Luis Sanchez Alegre.

Zéphirin Diabré, ministre d’Etat chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale

Présent à la cérémonie d’ouverture de l’atelier, le ministre d’Etat chargé de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale, Zéphirin Diabré, a salué les acquis du Programme et ainsi que les objectifs poursuivis. Il a promis dans les prochains jours la création d’un cadre de dialogue pour les différents acteurs qui interviennent dans le domaine de la réconciliation nationale.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment