Burkina Faso : Bientôt une usine d’assemblage de matériels informatiques à Ouaga

Le ministre en charge de l’industrie, Harouna Kaboré, a procédé au lancement des travaux de construction de l’usine d’assemblage de matériels informatiques de la société « Horizon industries SA », ce mardi 25 mai 2021 dans la zone industrielle de Kossodo à Ouagadougou. La cérémonie a connu la présence de la ministre en charge de l’économie numérique et celui de l’enseignement supérieur.

Bientôt le Burkina Faso disposera de sa première unité d’assemblage de matériels informatiques. Ce projet est l’œuvre de la société « Horizon industries SA ». La capacité de production journalière est estimée à plus de 200 ordinateurs et tablettes.

C’est à l’issue de l’exécution du marché de l’opération présidentielle « un étudiant, un ordinateur » que le promoteur de la société a décidé de lancer une usine d’assemblage  de matériels informatiques et électroménagers en collaboration la firme chinoise HAER.

Inoussa Sawadogo, PDG de Horizon industries, a fait savoir qu’il était spécialisé uniquement dans la vente de matériel informatique. Mais désormais, il compte investir dans l’assemblage.

Débutés en mars 2021, la fin des travaux de construction de l’usine est prévue en fin Octobre 2021 pour un investissement  global de 7,5 milliards de FCFA. « Je compte commencer par les ordinateurs et les téléphones portables et ensuite les réfrigérateurs, les postes téléviseurs et les climatiseurs », a laissé entendre Inoussa Sawadogo. A l’écouter, Horizon industries compte créer 123 emplois directs et plus de 3000 emplois indirects.

Inoussa Sawadogo, PDG de Horizon industries
Inoussa Sawadogo, PDG de Horizon industries

Le ministre en charge de l’industrie, Harouna Kaboré, président de la cérémonie de lancement des travaux, a rappelé que cette usine aura un impact sur la satisfaction de la demande numérique et la baisse des coûts des produits informatiques sur le marché burkinabè.

« La réalisation de ce projet sera une forte contribution du secteur des TIC et du Numérique dans la transformation structurelle de l’économie, par la facilitation de l’accès aux nouvelles technologies. En rendant accessibles les ordinateurs et les tablettes, l’investissement de la société Horizon industries, contribuera au renforcement du capital humain, et à capitaliser les efforts déjà réalisés dans le domaine du numérique en termes d’infrastructures, de formation, d’accès aux espaces numériques et de disponibilité des produits et services liés dans de nombreux domaines, y compris l’éducation et la Santé », a-t-il indiqué.

La maquette de la future usine d'assemblage de matériel informatique
La future usine d’assemblage de matériels informatiques

Pour lui, la réalisation de l’usine va permettre la création d’une valeur ajoutée de plus de 11 milliards de FCFA pendant les 5 premières années d’exploitation. Egalement, le ministre a fait  savoir que la société a bénéficié d’un accompagnement de l’Etat burkinabè.

« Grâce aux avantages conférés par le Régime C, la société « Horizon industries SA » réalisera une économie de près de 300 millions de F CFA en fiscalité de porte, supportés par l’État. Quant aux avantages fiscaux en phase d’exploitation, qui s’étalent sur 7 ans, ils permettront également à la société d’économiser environ 1 milliard, 681 millions de francs CFA à travers : l’exonération totale pendant les 4 premières années, de l’impôt sur les sociétés et l’application d’un taux de 50% de la 5e année à la 7e année, l’exonération totale du droit proportionnel de la patente pendant 7 ans, l’exonération totale de la Taxe Patronale d’Apprentissage pendant 7 ans, l’exonération totale de la taxe foncière des sociétés pendant 7 ans », a relevé Harouna Kaboré.

La visite du chantier

La ministre en charge de l’économie numérique, Hadja Ouattara, a indiqué que ce projet va contribuer à la baisse des coûts du matériel informatique.

« C’est une première au Burkina Faso. C’est un projet novateur qui va faciliter l’accès aux ordinateurs et autres appareils électroniques. Cela va renforcer l’industrie burkinabè et en particulier l’industrie numérique. Une chose est d’assembler des ordinateurs avec des composantes venues d’ailleurs et une chose est de travailler à tropicaliser et à faire en sorte que  ces équipements supportent notre environnement, notamment la chaleur, les baisses de tension », a-t-elle lancé.

Le ministre en charge de l’enseignement supérieur, Alkassoum Maiga, a, quant à lui, félicité le promoteur pour cette initiative. Il a rappelé que le programme « un étudiant un ordinateur » a permis d’avoir confiance au promoteur.

Jules César KABORE

Burkina24

Related posts

Leave a Comment