Burkina : « Adieu ! » Lassina Ouattara, un architecte plein aussi bien discret qu’efficace

L’annonce de son décès, le mercredi 3 mars 2021 à Ouagadougou, a révélé un pan de la dimension de l’homme. Lassina Ouattara, le concepteur de la mascotte de la CAN 98 (Coupe d’Afrique des nations), du joyau architectural du siège de la direction générale des Douanes sise à Ouaga 2000 ou encore des plans de CMA (Centre médical avec antenne chirurgicale) au Burkina… s’en est allé à l’âge de 59 ans, avec à l’actif, une vie professionnelle riche de 31 ans.

Qualifié d’homme de conviction, humble et rompu à la tâche, feu Lassina Ouattara a su laisser parler ses œuvres à sa place, si fait que nombre de Burkinabè le découvrent, lui-même, après son départ. « Il a mené sa carrière avec professionnalisme, passion et détermination. Il n’aimait pas du tout se montrer. Lassina Ouattara était un exemple dans le milieu. Il a été un homme très intègre, qui a refusé des propositions très alléchantes. C’est un grand homme qui s’en est vraiment allé », témoigne une source de son milieu, qui félicite son apport au rayonnement du métier d’architecte au Burkina.

Architecte associé du cabinet « Bâtir », Lassina Ouattara fut, entre autres, membre de l’Ordre des Architectes du Burkina, dont il a d’ailleurs occupé, de 2015 à 2017, la vice-présidence de l’organe dirigeant.

La mascotte de la CAN 98, appelée ’’Fôfô’’ (bonne arrivée, en langue nationale Fulfuldé)

La liste de ses empreintes au Burkina et en Afrique est très longue. Assistance et conseil en architecture auprès des services publics, des collectivités, des sociétés et des personnes physiques ; conception architecturale (avant-projet sommaire, avant-projet détaillé, dossier d’exécution, assistance autorisation de construire, assistance à l’établissement des marchés de travaux, élaboration des dossiers d’appel d’offres, suivi et coordination des travaux de construction, réception provisoire, réception définitive), design, aménagement des espaces urbains et l’enseignement sont les axes par lesquels il a incarné son expertise.

Du long chapelet, on retient les études, le suivi et le contrôle des travaux de construction d’une bibliothèque au profit du Centre culturel des Armées (en 2018) ; les études, le suivi et le contrôle des travaux du bâtiment à usage de halles d’exposition au profit du Centre culturel des Armées ; les études architecturales d’avant-projet sommaire (APS) de l’Académie militaire Georges Namoano à Pô.

Feu Lassina Ouattara a aussi, en 2014, réalisé les études architecturales et techniques des ouvrages complémentaires dans le cadre des transformations des CSPS (Centre de santé et de promotion sociale) en Centres médicaux (CM) ; les études, le suivi et le contrôle des travaux de réaménagement des bureaux de l’Agence française de Développement (AFD, 2005/2012) ; la conception et le suivi des travaux de construction de la Direction générale des Douanes (DGD) à Ouagadougou en R+5 avec sous-sol et en 2012, les études architecturales du réaménagement et de l’extension des bureaux de l’Agence nationale de l’Aviation civile (ANAC) à Ouagadougou.

Direction générale des Douanes

Les études architecturales et le suivi pour les travaux de réfection des revêtements en carreaux de sol dans les circulations de l’immeuble de la BCEAO à Ouagadougou ; les études architecturales du projet de construction de l’imagerie médicale II (R+1) au centre médical SCHIPHRA à Ouagadougou sont aussi à son actif.

Outre la mascotte de la CAN 98 (Coupe d’Afrique des nations) que le Burkina a abritée, Lassina Ouattara a, en 1998, réalisé et assuré le contrôle des travaux de réhabilitation des bâtiments ferroviaires au Burkina pour le compte de SITARAIL de Ouaga à la frontière de la Côte d’Ivoire, tout comme les études et le suivi des travaux de rénovation de l’Hôtel Indépendance en vue du Sommet France-Afrique.

Le projet réhabilitation de la Bourse du Travail ; les études architecturales du projet de construction du Poste de Commandement de l’Etat-major de l’armée de terre à Ouagadougou sont à son actif, tout comme il a remporté par exemple le concours d’architecture du Monument aux héros nationaux.
Quand bien même il est parti « tôt », au moment où il avait sans doute beaucoup à offrir encore à travers ses réalisations et à son corps de métier, Lassina Ouattara a pleinement et efficacement vécu sa carrière.

L’homme que familles biologique et professionnelle, amis et connaissances pleurent depuis le mercredi 3 mars 2021 est, apprend-on, le père d’Abdoul Kader Ouattara, l’artiste engagé, plus connu sous l’appellation d’Almamy KJ (Almamy KJ : « Que celui qui n’a jamais été Koglwéogo une fois dans sa vie lève le bout du doigt ! » ).

O.H.L
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment