Augmentation du prix des hydrocarbures : Selon des Ouagalais, « 500 Fcfa sur le prix du gaz, c’est trop et le gouvernement doit s’expliquer »

Ce mardi 23 mars 2021, les Burkinabè constateront une hausse des prix des hydrocarbures. C’est une décision du ministère de l’Industrie, du Commerce et lArtisanat en date du vendredi 19 mars 2021. Dans le communiqué y relatif, il a annoncé une augmentation de 500 FCFA le prix du gaz butane de 12kg et de 10 FCFA du prix du carburant. Pour savoir ce qu’en pensent les Ouagalais, Lefaso.net à balader son micro dans les rues de la ville, pour recueillir leurs avis.

Ludovic Lallogo (étudiant) : Cette augmentation du prix du gaz ne m’étonne pas. C’est vrai qu’il y a un communiqué qui l’annonce, mais je vous assure que l’information n’est pas encore passée à tous les niveaux. Je vous assure que cette augmentation du prix du gaz de 12kg ne sera pas simple à vivre pour les populations. C’est sûr que cela donne de la peine à la population et personnellement j’ai un sentiment d’incompréhension par rapport à cette augmentation. Je trouve qu’une hausse de 500 FCFA, c’est trop. On peut augmenter de 100 à 200 F CFA, mais 500 FCFA c’est trop. On demande d’utiliser le gaz, mais à cette allure, la vulgarisation du gaz va poser problème.

Florence Soulama

Florence Soulama (Commerçante) : Cette augmentation n’arrange pas les populations et il faudrait revoir cette décision. Je trouve que ce n’est pas le moment d’augmenter les prix des hydrocarbures car cela joue sur le niveau de vie et les dépenses s’augmentent. La vie est chère notamment à Ouagadougou. Ce n’est pas simple pour nous et le gouvernement doit nous comprendre »

Martin Tambeyaore (Professeur d’histoire–géographie) : Cette décision du gouvernement mérite d’être expliquée à l’ensemble de la population. Les augmentations récentes ont concerné le prix du carburant mais faire de même pour le gaz et ne pas expliquer cela n’est pas compréhensible. Ce que je déplore dans cette situation c’est que le gouvernement n’a pas bien communiqué. Ils auraient dû donner les raisons pour lesquelles on augmente le prix des hydrocarbures.

Martin Tambeyaore

Cette augmentation va jouer sur le mode de vie des populations. Il se peut que les prix d’autres services augmentent comme les prix des transports en commun. Pour le gaz n’en parlons même pas. Augmentez jusqu’à 500 FCFA sans donner aucune explication. Mes attentes au niveau du gouvernement c’est qu’ils nous disent pourquoi cette augmentation.

Romaric Pemou (gérant de dépôt de gaz) : Vous savez que c’est la période de chaleur, le moment de carême et surtout la situation économique difficile due au Covid-19 qui nous a carrément handicapés. Et rien que la semaine dernière, la ligue de consommateurs était montée au créneau contre l’augmentation des prix des produits de première nécessité.

Romaric Pamou

Et voilà qu’ils augmentent, nous ne comprenons rien. On n’a pas touché aux bouteilles de 3kg, de 6kg et celles qui dépassent les 12,5 kg. Pourquoi c’est uniquement les bouteilles de 12,5 kg qui sont concernées ? J’espère que cette situation ne va pas pousser les Burkinabè à se ruer de nouveau vers l’utilisation du bois et du charbon de bois au risque de contribuer à la désertification et plus tard au changement climatique.

Issouf Ouédraogo (étudiant) : J’estime que le gaz butane et le carburant sont deux éléments indispensables à la vie du Burkinabè et cette augmentation m’interpelle en tant que consommateur et citoyen épris de justice sociale, je ne peux que m’indigner face à ces nouvelles mesures. Cette augmentation en mon sens vise à réduire considérablement le pouvoir d’achat du citoyen burkinabè, lequel pouvoir d’achat était extrêmement faible, ce qui est bien connu de tous. Je pense que nos décideurs gagneraient à reconsidérer ces mesures et à les supprimer purement et simplement.

Victor Sawadogo

Victor Sawadogo (étudiant) : Personnellement cette décision ne me gêne pas car la crise est mondiale notamment à cause du Covid-19. Nous n’avons pas le choix d’autant plus que le Burkina Faso ne produit pas de pétrole et devrait donc importer tous ces produits. Cette décision est plus ou moins compréhensible.

Ludovic Bamogo : Je suis indigné de cette augmentation. Je pense que les décideurs devraient se mettre à la place des populations avant de prendre de telles décisions. Après l’augmentation du prix des denrées, on parle maintenant de l’augmentation du prix du gaz. 500 Fcfa à mon avis c’est trop. Le gouvernement doit prendre en compte le pouvoir d’achat des populations avant de faire de telles augmentations.

Propos recueillis par J.E.Z
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment