Audit électoral : 1 425 725 personnes supprimées du fichier électoral

Les résultats de l’audit international du fichier électoral ont été restitués ce mercredi 21 octobre 2020. Le rapport démontre que la Commission Electorale Nationale (CENI) a fait preuve de transparence et de professionnalisme tout au long des opérations de révision du fichier électoral.

L’audit international du fichier électoral, selon Minata Samaté Céssouma, Commissaire aux Affaires Politiques de l’Union Africaine consistait à évaluer la conformité du fichier électoral burkinabè au code électoral. Aussi à la constitution du Burkina Faso dans le respect des valeurs et principes burkinabè sans oublier les normes internationales en la matière et celles de l’Union Africaine.

Simon COMPAORE, Représentant de la Majorité présidentielle

Des résultats obtenus après évaluations, il ressort que le fichier électoral soumis à l’audit présente des forces et des faiblesses.
En ce qui concerne les forces, le rapport montre que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a procédé à un dédoublonnage des enrôlements multiples avec 1 425 725 personnes enregistrées identifiés et supprimés sur la totalité de la base de données de 2012 à 2020. Aussi, la révision organisée par la CENI du 1er au 17 janvier 2020 a permis à 2 377 601 personnes de s’enrôler. « La CENI a fait preuve de transparence et de professionnalisme tout au long des opérations de révision du fichier électoral.
Ces opérations ont permis  de garantir le caractère inclusif du fichier électoral burkinabè, qui atteint aujourd’hui 6 490 929 électeurs » a affirmé Cyril Kulenovic, membre du comité d’audit.

Au titre des faiblesses, le rapport démontre que la CENI n’a pas mis en place un système de conservation numérique des pièces présentées à l’appui de l’enrôlement des électeurs, ne facilitant pas des vérifications ultérieures. Aussi, il démontre la non-constitutionnalisation de la CENI « elle ne dispose pas d’un pouvoir réglementaire élargi ; de fait, le cadre juridique présente une instabilité récurrente, avec 12 modifications successives du code électoral depuis 2001, dont certains sont intervenues après les opérations d’enrôlement des électeurs » a-t-il dit.

«Un fichier électoral amélioré »

Après donc un audit exhaustif, les membres du comité ont conclu à « Un fichier électoral constamment amélioré qui ne peut faire l’économie d’une refonte, compte tenu de ses limites » a déclaré Cyril Kulenovic. Après avoir écouté les experts, le représentant de la majorité présidentielle, Simon Compaoré affirme, « nous pouvons dire que le fichier électoral permet la tenue des élections couplées dans la transparence, la sérénité. C’est une satisfaction ».

L’opposition dit s’abstenir de toute appréciation sur le champ. Elle entend organiser une conférence de presse après la restitution de ce rapport à leur niveau pour mieux rentrer en profondeur dans sa lecture .

Newton BARRY, président de la CENI

Newton Ahmed Barry, Président de la CENI, estime que le fichier électoral a été amélioré comparativement à celui de 2015. L’Union Africaine à travers Minata Céssouma « félicite la CENI et son président pour la récente conclusion de l’opération d’enregistrement des électeurs dans un contexte particulièrement difficile caractérisé par la pandémie de la Covid 19 et le défis sécuritaire » a-t-elle dit.

En rappel, Le comité d’audit du fichier électoral était constitué de 22 personnes repartis en 8 auditeurs indépendants, 6 membres de la CENI, 2 représentants de la majorité présidentielle et 2 de l’opposition, 2 représentants de la société civile et 2 de la communauté internationale pour conduire ces travaux dans une démarche inclusive et transparente.

Elvis KABORE (stagiaire)

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment